Nantes: coup de filet dans un réseau de cambrioleurs

A Nantes, Guillaume Frouin

— 

Onze personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'objets volés entre la France et les pays de l'Est, nous a annoncé la gendarmerie de Rezé (Loire-Atlantique). Deux d'entre eux, un couple de Roumains, a été présenté vendredi à un juge d'instruction. Ils ont été remis en liberté, et placés sous contrôle judiciaire.

L'homme, âgé de 40 ans, est soupçonné d'être le «cerveau» d'un réseau de receleurs, qui écoulait des objets volés par «certains membres de la communauté rom roumaine de l'agglomération nantaise» dans les entreprises et les particuliers de la région nantaise. Gasoil dans les entreprises de transport, parfums et bouteilles d'alcool dans les supérettes, outils de jardin chez les particuliers... Tout y passait.

Cambrioleur payés en liquide

«L’organisateur était en contact quasi-quotidien avec les cambrioleurs, soit par téléphone, soit en faisant la tournée des camps», précise un gendarme. «Il passait des commandes aux cambrioleurs, ou trouvait des acheteurs pour certains larcins.»

Un «flux continu d'envois hebdomadaires», à bord de camionnettes «remplies à ras-bord», était réalisé en direction des pays de l'Est, selon lui. Les cambrioleurs étaient payés en liquide, ou «avec des cigarettes de contrebande de Serbie».

Parmi les neuf autres suspects, un a été mis totalement hors de cause, tandis que les autres ont été relâchés dans l'attente d'une décision pénale les concernant.