«La conception du couple a radicalement changé»

INTERVIEW France Prioux, directrice de recherche à l'Ined, explique les résultats d'une étude sur le nombre de familles monoparentales...

Recueilli par Delphine Bancaud
— 
Illustration d'un couple au lit.
Illustration d'un couple au lit. — PULSE/SIPA

La vie à deux n’est plus la norme absolue. Selon une étude de l’Ined (Institut national d’études démographiques) parue ce jeudi, entre les deux derniers recensements de 1999 et 2006, la proportion de Français vivant en couple et âgés de 25 à 65 ans aurait baissé de près de 4%. Une tendance continue depuis trente ans. Interview de France Prioux, directrice de recherche à l’Ined.

  Votre étude prouve que les 25-65 ans vivent plus seuls qu’en 1999, comment expliquer ce phénomène?
Par des ruptures plus fréquentes. On a connu une révolution des mentalités depuis 30 ans et les jeunes générations sont plus exigeantes et ne prolongent plus des unions mal assorties. La conception du couple a radicalement changé: dès le début de la vie à deux, on envisage déjà sa fin. L’idée du couple éternel est donc en péril, ce qui est à la mode désormais c’est d’avoir plusieurs vies amoureuses.
 
Comment expliquer que la solitude touche davantage les femmes diplômées?
Par le fait qu’elles n’hésitent pas à rompre avec leur conjoint quand cela ne va plus car elles ont les moyens de s’assumer, au contraire des moins diplômées. Par ailleurs, une part de ses femmes ont d’abord misé sur leur carrière et se retrouvent parfois au final, sans conjoint.

A l’inverse, les hommes les moins qualifiés plus seuls…
Oui, car ils sont moins attirants pour les femmes. L’idée reçue selon laquelle une femme ne doit pas dominer financièrement son conjoint à la vie dure…

Votre étude souligne aussi l’augmentation du nombre de femmes élevant seules leurs enfants (+3 % entre 1999 et 2006). Cette tendance va-telle perdurer ?
Oui, je le crains, ce qui va accroitre le niveau de pauvreté de ces familles monoparentales, qui sont de plus en plus nombreuses à solliciter l’aide sociale.