Les évaluations au piquet

EDUCATION La FCPE appelle au boycott des examens en classe de CM2...

Vincent Vantighem

— 

Quelque 47,92% des enseignants étaient en grève jeudi dans le primaire et 28,03% dans le secondaire, selon le ministère de l'Education, le syndicat FSU annonçant pour sa part 67,5% en primaire (SNUipp) et "pratiquement 60%" dans le secondaire (Snes).
Quelque 47,92% des enseignants étaient en grève jeudi dans le primaire et 28,03% dans le secondaire, selon le ministère de l'Education, le syndicat FSU annonçant pour sa part 67,5% en primaire (SNUipp) et "pratiquement 60%" dans le secondaire (Snes). — Mychèle Daniau AFP

Les années se suivent et les appréciations sont toujours aussi mauvaises pour les évaluations des élèves en classe de CM2. Lancées il y a trois ans pour permettre au gouvernement de «piloter le système éducatif» (lire encadré), elles doivent débuter lundi prochain dans toutes les écoles de France. Sauf que la FCPE – première fédération de parents d'élèves de France – vient d'appeler ses adhérents à bloquer l'examen. «Maintenir les évaluations au mois de janvier est une erreur profonde, indique l'organisation. Il n'est pas acceptable que des enfants soient évalués sur des choses qu'on ne leur a pas encore enseignées.»

Des notions longues à acquérir

Divisés en deux matières – français et mathématiques –, les tests doivent évaluer les connaissances des élèves sur le contenu des trois dernières années de programme. «Il y a, par exemple, certains temps en conjugaison, les décimaux ou la géométrie en mathématiques, explique Luc, enseignant de 45 ans à Chambéry (Savoie). Le problème, c'est qu'il faut du temps aux enfants pour acquérir ces savoirs. Avec un test en janvier, il est fort probable qu'on les interroge sur des notions qu'ils n'ont pas encore intégrées.»

Il y a quelques mois, le ministère de l'Education avait lancé une concertation. «Mais il n'a pas tenu compte de nos remarques, déplore Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa. Il faudrait faire ce test en septembre pour diagnostiquer les lacunes ou en juin pour réellement évaluer. Le ministre s'entête.» La FCPE, elle, contre-attaque. Elle invite les parents à ne pas autoriser la transmission des résultats de leurs enfants hors de la classe.

Concertation

«Le dispositif commence à être ancré dans le paysage, nous a confié hier soir le ministère de l'Education. Cette année, on le maintient en janvier. Mais cela ne veut pas dire que le test ne sera pas avancé ou reporté dès l'année prochaine.»