Légionellose à Nantes: 1.100 personnes ont fréquenté la piscine

SANTE L'établissement est en cours de désinfection...

A Nantes, Frédéric Brenon

— 

Au total, 1.100 personnes ont fréquenté la piscine Jules-Verne à Nantes entre le 3 et le 5 janvier et sont potentiellement exposées à un risque de légionellose, a indiqué ce vendredi la mairie de Nantes. Soit 200 clients individuels et environ 900 scolaires et adhérents de clubs sportifs. L’établissement municipal est fermé depuis mercredi soir suite à la découverte d’un «taux de légionelles anormalement élevé dans un circuit d’eau chaude sanitaire».  

Le 15 décembre dernier, un homme de 41 ans qui avait fréquenté la piscine le 5 décembre est décédé de la légionellose. «C’est une affaire importante que nous prenons très au sérieux, affirme Louis Souchal, directeur général adjoint de la ville de Nantes. Pour l’heure, le lien de causalité entre le décès et la présence excessive de légionelles sur le site de Jules-Verne n’est pas formellement établi. L’établissement est en cours de désinfection. Nous attendons les résultats des analyses effectuées par l’agence régionale de santé (ARS) pour en savoir plus. Nous suivrons à la lettre ses préconisations.»

Consulter son médecin traitant

Toutes les personnes ayant fréquenté l'établissement aux dates indiquées sont invitées à consulter leur médecin traitant si un symptôme grippal venait à apparaître ces prochains jours. La piscine Jules-Verne étant fermée pendant les vacances scolaires, les personnes l’ayant fréquenté en décembre n’ont aujourd’hui «plus de raison de s’inquiéter».

Comme tous les établissements municipaux nantais recevant du public, la piscine faisait l’objet de contrôles préventifs réguliers contre les légionelles, affirme la mairie. Les derniers prélèvements d’eau, effectués en juillet 2009, étaient «normaux». «On ne s’explique pas, à l’heure actuelle, la présence excessive de légionelles sur ce site», reconnaît Louis Souchal.

La légionellose est une infection pulmonaire qui affecte essentiellement les adultes et particulièrement les personnes fragiles (personnes âgées, personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques, diabète, etc.).