Il installe un faux radar devant chez lui pour forcer les automobilistes à lever le pied

CIRCULATION Efficace, mais interdit...

J. M.

— 

Un radar automatique au bord d'une route en France.
Un radar automatique au bord d'une route en France. — SIPA

Au départ, il voulait faire «un simple nichoir pour les oiseaux». Mais, estimant que les voitures roulaient trop vite devant chez lui, ce peintre-décorateur à la retraite a transformé sa boîte en faux radar et l’a installée devant chez lui, à Fréjus. Résultat : les automobilistes ont levé le pied, jusqu’à ce que la gendarmerie s’en mêle.

Avertis par les usagers de cette petite route limitée à 30 km/h, les gendarmes ont demandé à Michel de retirer son dispositif. «Je me suis exécuté mais, depuis, les excès sont revenus», raconte le retraité malicieux dans Le Parisien. Avec cependant la promesse que les policiers municipaux et gendarmes organiseront des contrôles de vitesse dans le secteur.

Le précédent de Régis

En réalité, Michel a repris une méthode déjà éprouvée par Régis, un Haut-Garonnais père de famille et épris de sécurité routière. En avril 2009, Régis avait installé un faux radar devant chez lui, avec le même succès que Michel. Sur l’objet, les piétons pouvaient lire «Sculpture citoyenne destinée à sauver la vie de nos enfants», inscrit en petite lettres.

Menacé d’une amende par la gendarmerie, Régis, comme Michel a fini par céder et retirer son faux radar. «Le capitaine, expliquait-il alors à La Dépêche, m'avait promis de plaider notre cause auprès de la mairie, mais aucune suite n'a été donnée». Alors, en août 2009, Régis a remis ça. Avant de renoncer, pour les mêmes raisons, puis de troquer son radar contre un faux panneau de limitation de vitesse.