Le musée Chirac coûte trop cher aux contribuables

CORREZE Selon la chambre régionale des comptes du Limousin...

J. R. avec Reuters

— 

L'ancien président Jacques Chirac, toujours populaire en Chine, a assisté vendredi à la cérémonie de lancement de la traduction chinoise du premier tome de ses mémoires "Chaque pas doit être un but", à Shanghai.
L'ancien président Jacques Chirac, toujours populaire en Chine, a assisté vendredi à la cérémonie de lancement de la traduction chinoise du premier tome de ses mémoires "Chaque pas doit être un but", à Shanghai. — Patrick Kovarik AFP/Archives

Jacques Chirac coûte cher. Selon la chambre régionale des comptes du Limousin, le musée du président Jacques Chirac, ouvert depuis dix ans en Corrèze, coûte plus de 30 euros aux contribuables du département chaque fois que des visiteurs s'y rendent. Visiblement, ces derniers ne se bousculent pas au portillon de cet établissement, loin de tout, qui rassemble les cadeaux officiels reçus par l'ancien président français pendant ses deux mandats entre 1995 et 2007. 

En 2008, l'établissement a enregistré 200.000 euros de recettes... contre 1,7 millions d'euros de dépenses. Dans un rapport remontant à octobre et rendu public jeudi par Le Monde et consultable en ligne, la chambre régionale des comptes critique le coût de cette structure. A titre d'exemple, le restaurant du site a déjà coûté depuis son ouverture 270.000 euros aux contribuables, précise la chambre des comptes régionale. 

Une fréquentation en baisse

La fréquentation du musée a baissé constamment de l'ouverture en 2001 à 2006, année où elle s'est élevée à 28.500 personnes.  Elle a remonté à 46.953 entrées en 2009 et 62.000 en 2010 grâce à des expositions temporaires. Soit 185 visiteurs par jour d'ouverture cette année. Il compte actuellement un peu plus de 5.000 pièces et 17.000 livres réunis dans une bibliothèque.

Construit pour 7,1 millions d'euros de fonds publics, le musée a été agrandi entre 2004 et 2006 pour plus de 9,5 millions d'euros, un coût très supérieur aux prévisions initiales. Il a employé jusqu'à 13 personnes. La masse salariale est supérieure à 400.000 euros par an et le coût de la maintenance du bâtiment s'élève à 488.000 euros par an.

Des économies pour combler les pertes

La majorité socialiste du conseil général a déjà réalisé des économies qui ont ramené les pertes du musée à 20 euros en moyenne par visiteur en 2010, a déclaré Dominique Ceaux, directeur général des services du département. Ce travail se poursuivra, a-t-il précisé.

«Cette structure existe, la majorité n'a ni l'intention de la fermer ni de la démolir. Notre objectif est donc de la faire fonctionner au mieux», a-t-il dit.