La révolution tweed des "Chaps" traverse le Channel

© 2010 AFP

— 

L'heure de la révolution par le tweed a sonné! Confiné jusqu'ici sur l'île de sa Gracieuse Majesté, le mouvement "Chap" vient de traverser la Manche et les Français commencent à succomber au charme de ces anarcho-dandies qui prônent langueur, humour, moustaches, pipes et gin tonic.

L’écrivain Olivier Frébourg a eu la bonne idée de publier en cette fin d'année "Le manifeste Chap", petit traité de vie extravagante et manuel de "savoir-vivre révolutionnaire pour gentleman moderne" en 135 pages (et 20 euros), aux Editions des Equateurs.

Les femmes ne sont pas exclues du club. On les appelle alors les "Chapettes".

Et ce petit livre rouge --la couleur favorite des Chaps pour leurs cravates-- remporte un franc succès sur le continent, séduit par son appel à l’insurrection par le charme et la dérision : 20.000 exemplaires à ce jour.

Inconnu jusqu'ici en France, le mouvement Chap ("un bon gars", en français) a été créé en 1990 en Grande-Bretagne par deux dandies, Gustav Temple et Vic Darkwood, auteurs du "Tour du monde en 80 Martini".

Le "Chap" prise aussi l'exquise politesse, la poésie, le chapeau melon (et pourquoi pas les bottes de cuir), le monocle et la canne à pommeau.

Naturellement inapte à toute forme d'exercice physique, comme Churchill, le Chap est un résistant, pas un réactionnaire. A la fois surréaliste et situationniste, c'est un disciple des Monthy Python et des Marx Brothers.

Il a pour maîtres à penser Byron, Oscar Wilde, George Orwell ou David Niven, défend l'oisiveté et l'élégance. Mais sa première vertu est l'humour.

Ses cibles : la "vulgocratie", le libéralisme économique, l’uniformisation, le diktat de la santé, le principe de précaution généralisé, l’esprit de sérieux et le culte de la performance à tout prix, explique Olivier Frébourg.

Le mouvement dispose d'un journal, "The Chap", et organise chaque année en juillet des Olympiades délirantes au coeur de Londres.

Au programme, concours du Martini Dry le plus authentique, joute de parapluies, concours de claques et lancer de sandwich aux concombres...

Alors, prêts à devenir Chap en 2011 ? Peut-être le meilleur antidote à la morosité ambiante.