Bugaled Breizh: feu vert en cassation à une enquête sur un sous-marin

© 2010 AFP

— 

La Cour de cassation a donné son feu vert à une enquête sur un sous-marin qui pourrait avoir provoqué le naufrage du chalutier Bugaled Breizh dans lequel cinq marins avaient péri le 15 janvier 2004, a-t-on appris vendredi auprès du parquet général de la Cour de cassation, confirmant une information révélée par Libération.

Le 2 juillet 2010, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes avait répondu par la négative à plusieurs demandes d'audition présentées par les parties civiles, mais elle avait ordonné en revanche «la poursuite de l'information judiciaire dans le but d'identifier le sous-marin en cause dans le naufrage du Bugaled Breizh». Cette décision rennaise, assortie de la désignation de deux nouveaux juges d'instruction à Nantes, avait relancé l'enquête, alors qu'un rapport d'expert évoquait la responsabilité présumée d'un sous-marin américain.

Dans un arrêt du 7 décembre, la chambre criminelle de la Cour de cassation a rejeté le pourvoi qui avait été formé contre cette décision et validé la poursuite de l'enquête visant à identifier le sous-marin fautif. Désormais, les juges nantais vont pouvoir poursuivre leurs investigations. L'implication d'un sous-marin dans le naufrage du Bugaled Breizh a toujours été contestée par les diverses marines de l'Otan qui participaient à des manoeuvres dans la zone sud-ouest de la Grande-Bretagne où a coulé le chalutier breton. Des sous-marins britannique, le Turbulent, et néerlandais, le Dolfjin, notamment ont été suspectés d'avoir joué un rôle dans le naufrage.