Haïti: arrivée du second avion affrété par la France

© 2010 AFP

— 

Quatre-vingt-quatre enfants d'Haïti en cours d'adoption par des familles françaises sont arrivés vendredi matin à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, à bord d'un avion affrété par le ministère des Affaires étrangères. L'avion, un 747 en provenance de Port-au-Prince, transportait aussi des parents et un personnel médical d'accompagnement. Un dispositif d'accueil médical et administratif a été mis en place à l'aéroport. Douze pédiatres devaient notamment examiner à leur arrivée les enfants, en particulier en raison de l'épidémie de choléra qui a fait plus de 2.500 morts dans l'île.

A Roissy, les enfants n'ont eu quelques mètres de tarmac à franchir, sous une fine neige, emmaillotés pour certains dans des couvertures, avant d'être successivement accueillis dans deux sas, l'un médical, l'autre administratif, conçus pour réduire le temps passé dans l'aéroport. «J'étais déjà là-bas (en Haïti), j'ai appris là-bas que je pourrais rentrer avec lui», a raconté Ludovic Dehas, portant dans ses bras Maxime, 2 ans et demi, avant de prendre la direction de la Drôme, pour rejoindre ses deux soeurs, adoptées il y a trois ans, Julia et Marie-Canise, respectivement cinq et sept ans.

198 enfants dans les deux avions gouvernementaux

Sur place depuis le 6 décembre, «j'ai été bloqué par les émeutes et n'ai pas pu rentrer. Je suis alors resté pour accélérer le plus possible les démarches. Et là on appris que la France se lançait dans une procédure accélérée aussi», a-t-il expliqué. «C'était dur au début et cela se termine bien. Au début, on a peur, on passe par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Et ensuite, il y a toutes les démarches administratives», a raconté Ludovic Dehas, qui a obtenu le dernier papier nécessaire mercredi soir.

Un premier vol en provenance de Port-au-Prince avait atterri à Paris mercredi, avec à son bord 114 enfants haïtiens. Ainsi au total, 198 enfants ont bénéficié des deux avions gouvernementaux sur les 318 concernés par l'accord conclu à la mi-décembre entre la France et Haïti pour accélérer les procédures d'adoption et doter les petits Haïtiens, dépourvus de passeport, d'un laisser-passer consulaire exceptionnel.

6 Haïtiens n'ont pas pu embarquer

Six petits Haïtiens qui devaient prendre place dans ce second avion n'ont pu le faire en raison de pièces manquantes à leur dossier d'adoption, a indiqué vendredi matin la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie. Parmi les 120 enfants qui ne sont pas arrivés à bord des avions gouvernementaux, certains sont venus ou vont venir avec leurs parents par leurs propres moyens, selon le quai d'Orsay qui n'a pas précisé le nombre.

Par ailleurs, avait indiqué Mme Alliot-Marie mardi, «il reste 27 enfants pour lesquels la procédure n'est pas suffisamment avancée pour correspondre à l'accord» de mi-décembre. Les procédures d'adoption avaient été interrompues le 12 janvier par le séisme qui a fait plus de 250.000 victimes, les jugements et pièces administratives ayant disparu sous les décombres.