Haïti: une centaine d'enfants adoptés sont arrivés en France

© 2010 AFP

— 

Plus d'une centaine d'enfants haïtiens, acheminés par un avion affrété par le gouvernement français, ont été remis mercredi -trois jours avant Noël- à leur famille adoptive française, au terme d'une accélération de procédures conclue entre la France et Haïti.

"C'est que du bonheur", a lancé, radieuse, Delphine Rivière, professeur d'anglais à Lyon, tenant dans ses bras endormie Erika, 20 mois, enveloppée dans une couverture.

Au total, 114 enfants faisaient partie du premier de deux vols organisés par la France. Arrivés à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, ils sont passés par un pôle d'accueil administratif et médical créé dans un terminal de l'aéroport.

"Ça a été des mois de cauchemar, on a cru qu'on allait perdre notre enfant à plusieurs reprises, d'abord le séisme (du 12 janvier), après les inondations, l'ouragan, le choléra, les problèmes politiques, c'était vraiment une horreur pour nous c'était l'enfer, et puis ça finit par un conte de Noël, c'est magique", a résumé Cathy Petit, mère adoptive de Nadia.

"Ces petits bouts, ils ne méritaient pas de rester là-bas, dans le désespoir", a renchéri Pascale De Barros, qui a adopté Daïdo, 4 ans.

Des pédiatres ont examiné les enfants, surtout en raison de l'épidémie de choléra qui depuis son apparition en octobre a fait plus de 2.500 morts, dans ce pays où le séisme du 12 janvier a fait plus de 250.000 morts.

"Il faut gérer les émotions, la fatigue et aussi le changement climatique, avec une chute de 30 degrés", indique à l'AFP Patrick Daoud, chef du service de pédiatrie à l'hôpital de Montreuil, en Seine-Saint-Denis. "A priori, les enfants sont en bonne santé", a-t-il ajouté.

Tôt mercredi, Michèle Alliot-Marie (Affaires étrangères) et Roselyne Bachelot (Solidarités) avaient inspecté le pôle d'accueil. "Ces enfants arrivent en totale sécurité juridique", a assuré Michèle Alliot-Marie.

Un second vol à destination de Port-au-Prince devrait quitter Paris jeudi avec un retour prévu vendredi avec environ 90 enfants, selon Jean-Paul Monchau, ambassadeur français chargé de l'adoption internationale.

Au total 318 enfants sont concernés par l'accélération des procédures, avec l'attribution d'un laisser-passer consulaire exceptionnel à des enfants dépourvus de passeport. Mais tous ne seront pas en France pour Noël.

Certaines familles ont choisi d'aller chercher leur enfant en Haïti par leurs propres moyens. D'autres, ont été averties qu'elles ne pourraient bénéficier du second vol affrété jeudi par le gouvernement car leur dossier est incomplet pour pouvoir permettre à leur enfant de quitter Haïti.

Cependant, jusqu'au moment où l'avion décollera de Port-au-Prince, les documents manquants peuvent être retrouvés et transmis à l'ambassade de manière à permettre d'acheminer les enfants en France, a-t-on indiqué au ministère des Affaires étrangères. Si le dossier est complet, les enfants peuvent être mis dans l'avion avec l'accord des parents, même si ces derniers ne sont pas là, a-t-on ajouté.

Si ce n'est pas le cas, "ce n'est pas la fin de l'histoire et dès que le dossier est récupéré ou se retrouve complet, la famille sera avertie et pourra prendre le premier vol régulier d'Air France pour aller chercher son enfant", a également fait valoir le Quai d'Orsay.

L'affrétement de deux avions pour Haïti a coûté "globalement 550.000 euros", selon le ministère qui a demandé une participation aux familles au montant non précisé.

Les procédures d'adoption avaient été interrompues par le séisme, de nombreux jugements et pièces administratives ayant disparu sous les décombres.

Un millier d'enfants étaient en cours d'adoption avant le séisme et environ 700 ont déjà rejoint leur famille.