Adoptions: un premier avion décolle de Roissy pour rapatrier les enfants haïtiens

© 2010 AFP

— 

Mardi matin, un premier avion a décollé de Paris-Charles de Gaulle pour rapatrier un groupe d'enfants haïtiens en cours d'adoption, a affirmé le Quai d'Orsay dans un communiqué.

«Un avion, affrété par le ministère des Affaires étrangères et européennes, a quitté Paris ce matin à destination de Port-au-Prince afin de ramener en France un premier groupe d'enfants haïtiens en cours d'adoption par des familles françaises», précise le communiqué.

Un second vol prévu jeudi

Les parents ont pris place à bord de cet avion, ajoute le ministère. Une équipe du centre de crise du Quai d'Orsay et une équipe médicale font également le voyage. «Ce dispositif aidera l'ambassade de France en Haïti à assurer le transfert des enfants vers l'aéroport de Port-au-Prince et assurera l'accompagnement des enfants lors du vol de retour», explique le Quai.

Le collectif SOS Haïti Enfants adoptés avait indiqué lundi à l'AFP que les parents, environ 120, avaient rendez-vous à Roissy pour un départ prévu à 08h30. Le retour de l'avion est prévu mercredi en début de matinée. Des médecins examineront les enfants, en particulier à cause de l'épidémie de choléra qui sévit en Haïti, avaient indiqué des parents adoptants. Un autre vol effectuera une seconde rotation au départ de Paris jeudi.

Un laissez-passer exceptionnel

Au total, 318 enfants haïtiens, dépourvus de passeport mais bénéficiant d'un laisser-passer consulaire exceptionnel, pourraient être concernés par cette venue en France. Ce laisser-passer a été rendu possible par un échange de lettres gouvernementales entre la France et Haïti, ravagé par un séisme le 12 janvier et frappé par le choléra depuis octobre.

Interrogée avant le départ, Nadia Boulkessof, maman adoptante de Rose-Dania, deux ans, a confié à l'AFP qu'elle n'a vu sa fille jusqu'ici qu'en photo et en vidéo. «Le dossier d'adoption s'était perdu lors du séisme, il a fallu le refaire, et là, je fais partie de ceux qui bénéficient des sauf-conduits» pour faire partir les enfants d'Haïti, a-t-elle dit. Une autre maman, Valérie Damilleville, a indiqué avoir reçu un coup de fil dimanche du Quai d'Orsay lui annonçant qu'elle pourrait aller chercher Jean, 19 mois dès mardi. «J'ai préparé des vêtements chauds, une doudoune, des chaussettes en laine, des petites chaussures, une petite salopette, des petits jeux, des biscuits, un biberon, des crayons, j'ai mis tout ça dans un mini sac-à-dos», a-t-elle témoigné avant son départ.