Afghanistan: Une nouvelle vidéo des otages français

OTAGES La bande a été authentifiée par le Quai d'Orsay...

B.D. avec Reuters

— 

Il a cité aussi "les opérations extérieures sensibles" comme l'Afghanistan, l'accord de défense franco-britannique de la défense "qu'il va falloir mettre en oeuvre et articuler aux projets d'Europe de la défense", ainsi que le sommet de l'Alliance atlantique, vendredi et samedi à Lisbonne.
Il a cité aussi "les opérations extérieures sensibles" comme l'Afghanistan, l'accord de défense franco-britannique de la défense "qu'il va falloir mettre en oeuvre et articuler aux projets d'Europe de la défense", ainsi que le sommet de l'Alliance atlantique, vendredi et samedi à Lisbonne. — France3/AFP/Archives

Une nouvelle vidéo d'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, les deux journalistes retenus en Afghanistan, a été envoyée aux autorités françaises, a annoncé Carole Gaessler lundi soir au JT de France 3.

«Nous avons eu connaissance aujourd'hui (lundi, ndr) d'une nouvelle vidéo, une nouvelle preuve de vie de nos deux confrères», a ensuite déclaré Arnauld Miguet, un responsable de France Télévision sur le plateau de France 2. «Ils semblent en bonne santé bien qu'évidemment affectés par leur détention. Cela fera bientôt un an (...) Ils s'adressent à leurs familles avec des messages assez personnels (...), à leurs compagnes. Nous n'en savons pas plus à ce stade», a ajouté Arnauld Miguet.

La vidéo à la disposition des familles

Le ministère des Affaires étrangères a authentifié la vidéo, et a précise que l'enregistrement daterait «vraisemblablement» de la mi-novembre. Sur la bande, les deux journalistes s'adressent à leurs familles. «La vidéo est à la disposition des familles avec qui nous sommes en contact permanent», a précisé à Reuters un porte-parole du Quai d'Orsay. La dernière vidéo des deux hommes datait du mois d'avril et la dernière preuve de vie remontait à la fin du mois d'aoüt.

Les deux reporters ont été enlevés dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul, le 29 décembre 2009, où ils tournaient un documentaire pour le magazine Pièces à conviction. Ils ont été enlevés avec leurs trois accompagnateurs afghans. Les autorités militaires françaises avaient évoqué en septembre une proche libération des captifs, qui se fait toujours attendre, après 356 jours de détention. Le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, avait alors jugé «raisonnable» d'espérer une libération «d'ici Noël».

Procédures visant à accélérer leur libération

Dimanche, la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie a fait état de procédures visant à accélérer leur libération. «Ce que nous espérons, c'est que les démarches qui ont été faites, notamment par le gouvernement afghan, nous permettront de les retrouver le plus rapidement possible», a-t-elle dit sur TV5 Monde. «Nous savons qu'ils sont vivants, plutôt en bonne santé même s'il est évident qu'au bout d'un an ça doit commencer à peser», a-t-elle ajouté.

Leur détention dépasse en longueur celles, en Irak, des journalistes Georges Malbrunot, Christian Chesnot et Florence Aubenas, retenue otage pendant 157 jours en 2005. Cette dernière préside aujourd'hui le comité de soutien à Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, qui organise le 29 décembre un rassemblement devant l'Hôtel de ville de Paris pour marquer leur première année de détention.