Etats-Unis: après la fin du tabou gay dans l'armée, les militants rêvent de mariage

© 2010 AFP

— 

Les défenseurs des droits des homosexuels voient dans l'abolition du tabou gay dans l'armée américaine une nouvelle "chute du Mur du Berlin" qui ouvre la voie à la levée d'autres interdits, telle la reconnaissance du mariage homosexuel sur tout le territoire américain.

"Pour la première fois dans l'histoire de notre pays, le gouvernement a envoyé le message très fort que vous n'avez pas à vous cacher si vous êtes homosexuel, que vous pouvez avoir confiance en vous et servir votre pays ouvertement et honnêtement", s'est félicité Fred Sainz, porte-parole de la plus importante organisation de défense des droits des homosexuels, Human Rights Campaign (HRC).

"C'est l'équivalent de la chute du Mur du Berlin pour les droits des homosexuels", ajoute-t-il, interrogé par l'AFP.

Après 17 ans d'application et des semaines de débat sur son éventuelle abrogation, le Congrès américain a finalement voté samedi l'abrogation de la loi controversée de 1993 interdisant aux soldats américains d'afficher leur homosexualité sous peine d'être renvoyés.

"Cela aura des effets positifs multiples à travers le pays", a assuré le représentant de HRC.

"Aujourd'hui est un jour tragique pour nos forces armées", se sont en revanche inquiétés les opposants aux avancées des droits des homosexuels, comme l'association Family Research Council.

"Cela risque d'avancer la cause d'une refonte des attitudes sociales vis-à-vis de la sexualité humaine", avance le président de l'organisation Tony Perkins, dans un communiqué.

Mais pour les militants de la cause homosexuelle, cette victoire doit ouvrir la voie à d'autres avancées.

"Nous pouvons fêter cette importante victoire pendant cinq minutes, mais ensuite nous devons aller de l'avant car nous sommes le dernier groupe d'Américains victimes de discrimination", estimait dans le New York Times lundi Richard Socarides, un ancien conseiller de Bill Clinton, fondateur de Equality Matters.

Au premier rang des objectifs: faire passer une loi anti-discrimination au travail mais surtout, à terme, renverser la loi fédérale de "Défense du mariage" qui stipule qu'un mariage doit être l'union d'un homme et d'une femme.

"La question-clé maintenant pour (le président américaine Barack) Obama et les législateurs, c'est le mariage gay", affirme pour leur part Equality Matters sur leur site.

A son crédit, M. Obama peut faire valoir que c'est sous son administration que les mariages entre personnes de même sexe ont été pris en compte dans le recensement 2010. Mais cette année la question a fait davantage débat dans les prétoires qu'au Congrès ou dans l'administration.

En juillet, un juge fédéral du Massachusetts (nord-est) a estimé que la loi sur la défense du mariage définie par une union entre un homme et une femme était inconstitutionnelle. En Californie, en août, un juge s'est prononcé contre l'inconstitutionalité du mariage homosexuel, une décision contestée en appel.

Cinq Etats et Washington, la capitale fédérale, autorisent aujourd'hui le mariage entre personnes du même sexe.

"Avec le temps, les Américains finiront par comprendre que si on peut se battre et mourir pour son pays, il n'y a pas de raison qu'on n'ait pas les mêmes droits que les autres Américains", a conclu Fred Sainz, d'Human Rights Campaign. "Dans un avenir très proche, les Américains regarderont les homosexuels comme des gens comme les autres", a-t-il assuré.