Prévoir la neige, «ça se joue parfois à un degré près»

MÉTÉO prévisionniste explique à 20minutes.fr que ce type d'intempéries n’est pas si facile à anticiper...

Julien Ménielle

— 

Les départs en vacances pourraient être perturbés par de nouvelles chutes de neige.
Les départs en vacances pourraient être perturbés par de nouvelles chutes de neige. — S. POUZET / 20 MINUTES

«Quand on a la fièvre, on accuse le thermomètre.» Les syndicats de Météo France l’avait mauvaise, après la sortie de François Fillon qui leur imputait la responsabilité de la pagaille provoquée par la neige. D’autant que la neige est une imprévisible espiègle, et que prévenir ses faits et gestes n’est pas aisé, comme l’a expliqué un prévisionniste à 20minutes.fr.

«La neige, c’est de l’humidité qui rencontre du froid», explique d’abord le spécialiste. Dès lors, les ingénieurs et leurs ordinateurs doivent déterminer non seulement les zones de pluie, mais aussi «l’épaisseur du froid, dans l’atmosphère et au sol». Et c’est là que ça se corse.

«Des prévisions importantes et angoissantes»

«Ca se joue parfois à un degré près», assure le prévisionniste. Et comme «ce sont des prévisions importantes et angoissantes», en raison des répercussions sur le quotidien du pays, pas question de se louper. Car si de la pluie est prévue, aucune raison de déclencher d’alerte orange, mais s’il y a «de l’air froid en embuscade», la pluie peut vite se transformer en neige.

«Le 8 décembre, par exemple, c’est un vent de Nord-Est qui est venu rafraîchir l’air», indique le spécialiste. Mais il n’est pas toujours aisé de prévoir d’où va venir le vent, ni à quel moment la rencontre avec la perturbation aura lieu. «Nous avons plusieurs logiciels différents qui analysent les informations, explique-t-il, mais c’est l’humain qui fait la synthèse entre leurs prévisions.»

«En situation critique, même une demi-journée avant, c’est dur de savoir»

«Plusieurs personnes se penchent même dessus», assure le prévisionniste. Généralement, l’épisode neigeux est prévisible 3 jours avant. Mais «en situation critique, même une demi-journée avant, c’est dur de savoir», reconnaît-t-il.

Actuellement, les ordinateurs de Météo France effectuent 15 milliards d’opération à la seconde. Plus ils gagnent en puissance, plus ils peuvent réaliser d’équations. «Mais il faut plusieurs années pour que les prévisions y gagnent en précision», prévient le prévisionniste. La neige va donc continuer à garder cette part de mystère qui fait son charme.