Un octogénaire abusait des vieilles dames en se faisant passer pour un kiné

JUSTICE Il gagnait leur confiance avant de leur prodiguer des soins un peu poussés et de les détrousser...

J. M.

— 

Voilà un retraité qui n’a pas cessé toute activité. Un homme de 80 ans qui se faisait passer pour un kiné auprès de vieilles dames avant de les masser à leur domicile et de filer avec leur argent a été interpellé par les policiers de la brigade criminelle de la Sûreté départementale de Bordeaux, selon Sud Ouest, et mis en examen pour «agressions sexuelles et vols aggravés».

«Un peu de perversion sexuelle»

Le vieux monsieur, avenant et vêtu d’un beau costume, abordait des dames âgées dans la rue et proposait de les raccompagner chez elle. Muni d’un petit pot de pommade aux vertus prétendument miraculeuses, il se présentait à ses victimes comme un ancien kiné ou médecin. Rassurées par sa bonne présentation et appâtée par la promesse de voir leurs douleurs disparaître, elles se laissaient faire.

Arrivé à bon port, le vieil homme demandait à ses patientes de se déshabiller et les massait à l’aide de son produit magique, «avec un peu de perversion sexuelle», précise une source proche de l'enquête. Puis, éloignant sa victime en lui demandant d’aller lui chercher du coton et un verre d’eau, il inspectait les lieux et s’emparait des valeurs.

Récidiviste

Puis, reprenant ses massages au retour de sa patiente, le kiné amateur se permettait quelques familiarités qui lui valaient de voir sa séance écourtée. Depuis le mois d’août, entre dix et quinze victimes ont porté plainte, mais «il y en a certainement beaucoup plus», estiment les enquêteurs. L’homme, repéré sur les lieux où il abordait ses victimes, a finalement été identifié par ces dernières.

Au cours de son audition, le suspect a reconnu les faits et a expliqué qu’il était incapable de résister aux pulsions qui l’attirent vers le sexe opposé. L’homme n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. En 2005, au moins six agressions sexuelles lui avaient été attribuées. A l’époque, il se faisait passer pour un médecin de la Sécu qui voulait pratiquer des examens à domicile.