Quand fumer rime avec stylé: les fumoirs privés sont de retour

© 2010 AFP

— 

Confortablement installés dans un fauteuil de cuir, les yeux fixés vers le plafond, ils contemplent les volutes bleues: fumer dans les bars a beau être interdit dans la plupart des capitales européennes, les fumoirs font leur grand retour.

Alors que l'Espagne va interdire de fumer dans les bars début 2011, des endroits branchés des nuits parisiennes et berlinoises ouvrent des fumoirs, relookés par des designers, avec pianos, tables de jeu et caves à cigares.

Car depuis que la capitale française a banni la cigarette des cafés, restaurants et discothèques il y a trois ans, condamnant des hordes de quidams à trouver refuge sur les trottoirs, les plaintes de voisinage pour tapage nocturne se multiplient.

Ce retour en force des clubs privés où l'on fume n'a donc rien d'étonnant.

La loi française autorise encore des espaces pour fumer à l'intérieur des lieux publics à condition qu'ils disposent d'un système de ventilation adapté.

Au coeur du Quartier Latin, le club privé Castel en fait partie. Niché au sous-sol, son fumoir héberge un célèbre piano à queue: celui sur lequel a joué Serge Gainsbourg, fumeur invétéré de Gitanes.

Aussi chic qu'il puisse être, ce fumoir n'est pas conçu pour divertir, explique Xavier Brunet, chargé de communication chez Castel. "On n'est pas là pour encourager les gens à fumer. C'est simplement pour leur rendre un service. Pour offrir plus de confort et pour éviter les nuisances nocturnes quand il y a 40 personnes qui fument sur le trottoir".

Les propriétaires du Royal Monceau, palace situé à deux pas des Champs-Elysées, n'ont pas ce genre de scrupules.

Le designer Philippe Starck a conçu un fumoir dans le plus pur classicisme, "La Fumée Rouge", qui ouvrira en janvier. Les adeptes fortunés sont invités à choisir un digestif présenté sur un chariot et à s'y glisser munis de leur journal préféré et d'un Havana que les habitués entreposent dans une cave à cigares particulière.

Le Royal Monceau décrit cet espace de douze sièges comme un "acte militant", expliquant que le designer a tenté de recréer l'atmosphère "feutrée des clubs privés où les hommes aimaient se retrouver en petit comité pour lire les journaux et échanger".

Le Café Germain fait également partie de ces paradis des fumeurs, avec son fumoir et sa table de jeu.

Le club branché le Pompon dispose d'une cave à fumer couverte de papier peint liberty, tandis que juste à côté, les adeptes du Cubana Café peuvent siroter un mojito dans un fumoir meublé de confortables fauteuils en cuir.

Comme à Paris, Berlin a interdit de fumer dans les endroits qui servent de la nourriture depuis 2008, excepté dans des espaces séparés.

Sur le Ku'damm, les "Champs-Elysées berlinois", Le Times Bar de l'hôtel Savoy dispose d'un salon aux murs recouverts de panneaux de bois.

Nombre de cafétérias branchées ont installé leurs fumoirs, tels le Grill Royal, où les businessmen et les célébrités comme Oliver Stone dînent lorsqu'ils sont de passage en ville.

Le Newton Bar, élégant bar à cocktail du square Gendarmenmarkt, décoré des nus du photographe Helmut Newton, en possède un depuis son ouverture en 1998.

Pour répondre à la demande, il en a ouvert un nouveau en février, le "Havana Smokers' Lounge", doté d'un humidificateur à cigares portable.

"Il y a toujours de nombreux amateurs de cigares et je pense que si vous leur offrez des endroits où ils peuvent s'adonner à leur passion autour d'un bon verre, ils vont s'y précipiter !", dit à l'AFP un de ses responsables.