Deux syndicats veulent «mettre fin aux crises» entre policiers et magistrats

Reuters

— 

Deux syndicats - l'un d'officiers de police et l'autre de magistrats - veulent enterrer la hache de guerre entre les deux institutions après la nouvelle polémique qui a opposé leurs ministres respectifs, dans l'affaire des policers condamnés à de la prison ferme.

Le Syndicat national des officiers de police (SNOP) et l'Union syndicale des magistrats (USM), tous deux majoritaires, réclament la tenue d'une table ronde pour «mettre fin aux critiques et polémiques permanentes entre acteurs d'une même chaine pénale et retrouver la sérénité indispensable». «Il n'est plus possible que des polémiques stériles et des critiques inopportunes, fondées sur de purs calculs politiques, sapent constamment l'autorité de l'Etat, au plus grand bénéfice des délinquants», écrivent-ils dans un communiqué.

Cette table ronde réunirait les syndicats de magistrats, de policiers et des représentants des gendarmes, en présence des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Brice Hortefeux et Michel Mercier.