Un malade aurait guérigrâce à des cellules souches

à Los Angeles, Philippe Berry

— 

Le Web buzze à tout-va depuis mardi : un remède contre le sida aurait été trouvé. La réalité est moins sensationnelle, mais offre cependant un nouvel espoir. Trois ans après une transplantation de moelle et de cellules souches, Timothy Ray Brown ne semble plus avoir aucune trace du VIH dans son organisme et son système immunitaire s'est apparemment reconstitué. Si les résultats sont confirmés, il serait le premier patient à être officiellement débarrassé du virus et à ne pas simplement survivre avec.
A la base, le traitement était destiné à soigner sa leucémie. En 2007, il a reçu une chimiothérapie violente, puis une transplantation de moelle. L'opération vise en quelque sorte à effectuer un « reboot » (redémarrage) du système immunitaire grâce aux cellules souches fournies par une personne compatible. Sauf que les médecins n'ont pas choisi n'importe quel donneur : ils ont trouvé un homme présentant une mutation rare (1 % de la population blanche, 0 % des populations noire et asiatique) qui l'immunise contre l'infection par la forme la plus classique du VIH.
Trois ans après avoir arrêté de prendre des antirétroviraux (le traitement classique pour le sida), le patient semble guéri. Ses résultats sont néanmoins à prendre avec précaution. Certains médecins pensent que le virus pourrait toujours être présent dans son organisme, endormi et indétectable. Le traitement subi est expérimental, incroyablement violent et risqué : un patient sur trois n'y survit pas. Enfin, après un premier rejet, le patient a dû subir une autre greffe. Une complication neurologique s'est manifestée, affectant des zones touchant à la mémoire et au langage. Il est toujours en rééducation. Sa personnalité a été modifiée. Selon ses amis, il semble désinhibé et beaucoup plus direct.