La vaccination contre la grippe est en retard, le virus A (H1N1) fait son retour

SANTE Les autorités sanitaires s'inquiètent...

Julien Ménielle

— 

Vaccin contre la grippe A (H1N1).
Vaccin contre la grippe A (H1N1). — ZEPPELIN / SIPA

«Le taux de vaccination contre la grippe saisonnière est en dessous de ce que nous observons d’habitude les années précédentes.» Didier Houssin, directeur général de la santé, a confirmé ce jeudi ce que l’Assurance maladie a nié dans un premier temps: les Français sont fâchés avec les piqûres, surtout lorsqu’il s’agit de grippe. Des séquelles de la campagne 2009 contre le virus A (H1N1), qui avait suscité toutes les craintes.

La grippe A (H1N1) de retour en Europe

Car voilà, le vaccin 2010 contre la grippe saisonnière contient la souche du fameux virus. «En tant que directeur général de la santé, je conseille nettement aux Français de se faire vacciner contre la grippe», a répété Didier Houssin dans Le Parisien. Avec un argument massue du type: vous avez peur du vaccin contre la grippe A (H1N1)? Mais la grippe A (H1N1) revient et elle, elle tue.

Le virus aurait déjà tué en Grande-Bretagne. Samedi, l’Agence de santé britannique annonçait huit décès confirmés, et affirmait qu’«il n'est pas surprenant que la souche H1N1 circule de nouveau cet hiver», car «il est fréquent qu'à la suite d'une pandémie, la souche de cette pandémie devienne le virus le plus commun la saison suivante».

«Il va bientôt arriver» en France métropolitaine

Lundi, c’était au tour de la Belgique de s’inquiéter des premiers cas signalés sur son sol. Mais selon les autorités belges, «à un cas occasionnel près, aucun patient ne s'est présenté aux urgences avec de graves symptômes de la grippe porcine». Dans le même temps, en Espagne, l’Agence de santé annonçait deux décès depuis mi-novembre, et quatre personnes dans un état grave.

Pour l’heure, «le virus n’est pas très actif en France métropolitaine», reconnaît Didier Houssin qui prévient cependant qu’«il va bientôt arriver». «Des cas graves ont été signalés à la Réunion à la fin de l’été», a indiqué le directeur général de la Santé au Parisien. Un discours qui rappelle celui de la campagne 2009.