Une prime pour les meilleures pervenches

POLITIQUE Les agents chargés de dresser les PV pourront recevoir jusqu'à 295 euros de plus tous les ans...

William Molinié

— 

Frédéric a reçu neuf contraventions en un mois pour avoir emprunté la voie réservée.
Frédéric a reçu neuf contraventions en un mois pour avoir emprunté la voie réservée. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Le Conseil de Paris a adopté mardi soir une délibération visant à créer une prime au mérite qui récompenserait chaque année 800 des meilleurs 2.000 agents de surveillance de Paris (ASP), chargés notamment de dresser les contraventions. Proposée par la Préfecture de police (PP) pour harmoniser les statuts, cette prime pourra s’élever jusqu’à 295 euros. L’évaluation des agents tiendra compte de «la qualité de leurs PV, pas seulement de la quantité», précise le groupe PS.

«Revaloriser ce métier»

A Paris, les ASP sont payés par la Mairie de Paris, mis à disposition et orchestrés par la police. Officiellement, cette prime est présentée comme une «réserve d’objectifs». Elle ne «s’apprécie pas en fonction de je ne sais quels quotas de procès-verbaux», a rappelé lundi le préfet de police, Michel Gaudin, devant les élus parisiens. Malgré tout, les syndicats voient derrière cette mesure, qui coûtera 350.000 € à la Ville, une «véritable politique des chiffres qui va faire bondir le nombre de PV», croit savoir Hervé Evano, secrétaire général adjoint de la CGT à la PP. «Les critères d’octroi sont très flous. La vérité, c’est que les ASP qui ne verbaliseront pas assez ne toucheront rien», poursuit-il.

«Ces dernières années, on subit une avalanche de verbalisation. Car tout cela est devenu un business sans aucun rapport avec les questions de sécurité», juge Frédéric Jeorge, de la Fédération française des motards en colère. Les communistes proposent que la somme prévue pour cette prime soit répartie équitablement entre tous les agents et voteront contre la délibération. «Nous sommes favorables sur le principe. Car on a l’assurance que ça ne va pas déclencher une course aux PV. ça contribue aussi à revaloriser ce métier», explique Laurence Douvin, vice-présidente du groupe UMP au Conseil de Paris.

Grève du zèle?

Mardi, les syndicats évoquaient la possibilité, début janvier, d’engager une «grève du zèle», si le texte était adopté, en «réduisant au maximum le nombre de contraventions».

 L’année dernière, 4,8 millions de PV pour stationnement irrégulier ont été dressés par les pervenches. Cette année, les 5 millions devraient être dépassés, d’après la préfecture de police. Les recettes sont redistribuées à hauteur de 25% pour la Ville de Paris, 25% à la région et le reste au Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), qui les utilisent pour financer de nouveaux équipements. Sur le budget 2011, le Stif a estimé le montant de ces recettes à 100 millions d’euros.