Les jeunes jugent pénible le travail de leurs parents mais gardent espoir

© 2010 AFP

— 

Une majorité d'adolescents perçoivent le travail de leurs parents comme pénible, tout en espérant que leur propre métier occupera une place importante dans leur vie, selon une enquête de l'institut Viavoice publiée mardi pour l'Observatoire de la parentalité en entreprise.

Quelque 56% des jeunes âgés de 14 à 17 ans considèrent le travail de leurs parents comme "stressant, fatiguant, voire très dur", un chiffre en baisse par rapport à 2009 (63%). Toutefois 91% des adolescents disent attendre que leur activité professionnelle ait une "importante forte" dans leur vie.

"On sent poindre une réelle inquiétude, qui traduit non seulement ce qu'ils ont perçu de l'angoisse de leur parents (...) mais aussi ce refus de grandir", pathologie connue des adolescents, déclare à l'AFP le psychanalyste François Richard, professeur à l'Université Paris-VII.

Invités à se projeter dans leur avenir, les jeunes plébiscitent les domaines créatif ou ludique, liés aux nouvelles technologies et à la culture, ou les services publics pour la sécurité de l'emploi.

Apple, Microsoft et Google figurent sur le podium des entreprises où les adolescents aimeraient travailler, suivies d'Air France, de la SNCF et des hôpitaux.

Entreprises "utilitaires et rassurantes" ou "qui marchent bien": "cela traduit un besoin de sécurité et de protection par le revenu", explique M. Richard.

En tête des exemples professionnels, les adolescents citent les magnats de l'informatique Bill Gates et Steve Jobs, la star du football Zinedine Zidane et l'ex-ministre Simone Veil. Le président Nicolas Sarkozy arrive en 9e position, derrière l'ancien tennisman Yannick Noah et le couturier Karl Lagerfeld.

"Il y a des personnalités qui typiquement sont de pures vedettes people télé ou internet (...). Et puis il y a des figures connotées du côté de la vraie compétence, de la réussite", selon M. Richard.

Enquête en ligne réalisée du 3 au 6 décembre 2010 selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon de 500 personnes âgées de 14 à 17 ans, représentatif de cette tranche d'âge de la population français.