La Turquie condamnée par la CEDH pour l'interdiction d'un parti

Reuters
— 

L'interdiction du Hadep (Parti démocrate populaire), l'un des principaux partis pro-kurdes de Turquie, a été condamnée mardi par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Cette mesure ne répondait à «aucun besoin social impérieux», estime la juridiction du Conseil de l'Europe, selon laquelle Ankara a porté atteinte au droit à la liberté de réunion et d'association.

L'arrêt a été rendu à l'unanimité des juges et accorde 24.000 euros de dommage moral aux anciens dirigeants du Hadep. La Cour condamne également la Turquie pour avoir interdit toute activité politique pendant cinq ans à 28 d'entre eux.
Dissous en mars 2003 en raison de liens supposés avec le PKK, une organisation séparatiste classée comme terroriste par l’UE, le Hadep «condamnait la violence et proposait des solutions politiques démocratiques, compatibles avec les règles de droit et les droits de l'homme», affirme la CEDH.