Fillette brûlée dans une voiture: La mère mise en examen pour assassinat

JUSTICE Elle reste hospitalisée à Gien, dans le Loiret...

© 2010 AFP

— 

Une femme dont la fille, âgée de trois ans, a été retrouvée morte vendredi dans le coffre de sa voiture incendiée, dans le Loiret, a été mise en examen pour assassinat avec actes de torture, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Cette mère de 35 ans, présentée comme dépressive, a été placée sous le régime de la détention provisoire mais «compte-tenu de son état de santé» elle reste hospitalisée à Gien (Loiret), a-t-on précisé de même source.

Enfermée à plusieurs reprises dans le coffre

Béatrice Guido a été mise en examen dimanche soir à Orléans pour assassinat d'un mineur de moins de 15 ans précédé ou accompagné de tortures ou d'actes de barbarie, ainsi que pour tentative de meurtre. La jeune femme a indiqué aux enquêteurs avoir tenté d'étrangler sa fille lundi dernier, selon le procureur d'Orléans.

La petite fille aurait subi des violences et des privations tout au long de la semaine, et aurait notamment été enfermée à plusieurs reprises dans le coffre de la voiture, selon les déclarations de sa mère.

Appel à témoins

La femme avait disparu de son domicile avec sa fille lundi matin dans l'Yonne et les gendarmes avaient lancé un appel à témoins.

Vendredi soir, un témoin a alerté pompiers et gendarmes pour leur signaler une voiture en flammes à la sortie de Gien. A leur arrivée, les gendarmes ont trouvé, à proximité du véhicule, une femme «avec des traces de brûlures sur le visage et les mains» et le corps carbonisé de sa fillette dans le coffre.

Autopsie prévue ce lundi

Béatrice Guido a semble-t-il erré toute la semaine entre Fontainebleau et Gien (Loiret), sous une emprise alcoolique répétée, avait précisé dimanche le procureur d'Orléans, Franck Rastoul. La jeune femme a affirmé qu'elle voulait mettre fin à ses jours et tuer sa fille pour qu'elle ne supporte pas la «dureté de cette vie».

L'autopsie du corps de la fillette est prévue lundi. La mère doit quant à elle être soumise à une nouvelle expertise psychiatrique, selon le procureur.