les pharmaciens dans le viseur de la justice

Ingrid Gallou

— 

La direction des enquêtes fiscales saisie.
La direction des enquêtes fiscales saisie. — M. FOURMY / SIPA

La fraude pourrait concerner près de 4 000 pharmacies. Une enquête menée depuis 2008 sur une pharmacie du Gard a révélé l'existence d'un logiciel permettant de minorer les marges réalisées sur la vente des produits de la parapharmacie. Une information confirmée par le procureur de Nîmes, Robert Gelli, qui précise que l'utilisation du logiciel se faisait grâce à l'utilisation d'un « code d'accès donné par les sociétés qui implantent la comptabilité des pharmacies ». Or, près de 4 000 pharmacies auraient, selon ses dires, demandé l'accès à cette formule particulière. L'existence d'un tel mécanisme a été vérifiée chez l'une des deux sociétés fournissant les pharmacies, Alliadis, basée à Niort.

22 000 officines en France
La nouvelle n'a pas manqué d'irriter les syndicats pharmaceutiques. « Il y a 22 000 officines en France, on ne me fera pas croire que 25 % sont des fraudeurs. On nous calomnie », a réagi le président de la Fédération méditerranéenne des syndicats pharmaceutiques, Frédéric Abécassis, estimant que l'administration fiscale s'était livrée à une « curieuse extrapolation ». De source judiciaire, on précise toutefois que le nombre réel de pharmacies ayant utilisé le logiciel pour frauder le fisc n'est pas connu. La direction des enquêtes fiscales a été saisie du dossier.