La France en 2040: «Il y a un véritable désir de fuir toutes les grandes métropoles»

INTERVIEW Le géographe Christophe Guilluy explique à 20minutes.fr pourquoi les Français choisissent de s'installer dans certaines régions...

Propos recueillis par Bérénice Dubuc

— 

Dans les décennies à venir, les migrations interrégionales «deviendront le principal moteur» de la croissance démographique des régions, selon une étude de l'Insee. Quelles sont les raisons qui vont pousser les Français à changer de région d’ici 2040? Éléments de réponse avec Christophe Guilluy, géographe et auteur de Fractures Françaises (François Bourin Editeur).

Comment expliquer que la population va se concentrer vers le Sud et l'Ouest?

Je tiens tout d’abord à préciser qu’il est difficile de tirer des conclusions via une enquête faite au niveau de l’espace régional. Cependant, cette étude confirme des tendances à l’œuvre depuis une vingtaine d’années. Ainsi, on constate le mouvement des retraités vers les régions littorales et vers le Sud depuis longtemps. Ce mouvement se fait en fonction des revenus: les plus riches vont s’installer en Paca, les autres en Languedoc-Roussillon…

Des logiques économiques sont donc aussi à l’œuvre pour expliquer ces migrations…

Oui, bien sûr. La logique foncière est ainsi l’une des raisons qui poussent les gens à quitter telle région pour une autre. Typiquement, l’Auvergne et le Limousin, sont quasiment les dernières régions accessibles niveau logement, et, selon l’étude de l’Insee, elles vont voir leur population augmenter en flèche dans les prochaines années. La géographie sociale aujourd’hui est très ségrégative: on va de plus en plus loin, en fonction de ses revenus. Ainsi, en Ile-de-France, les gens vont désormais au-delà de la banlieue, pour s’installer dans les départements ou même les régions limitrophes.

Y a-t-il d’autres raisons qui peuvent jouer?

Oui, le fait que le développement des transports dans certaines régions permet de les désenclaver, par exemple. Mais surtout, il y a un véritable désir de fuir toutes les grandes villes et métropoles. Cette fuite des ménages des grandes villes s’explique par le besoin de retrouver un environnement familier, de retrouver du lien social, des relations apaisées, mais aussi par un séparatisme social et culturel. Les Français veulent éviter les quartiers sensibles, les villes où il y a des tensions. C’est très net en région parisienne, où la croissance se fera essentiellement sur le solde naturel (la différence entre les naissances et les décès). Cela signifie que les gens partent.