La Bolivie abaisse l'âge de la retraite à 58 ans

© 2010 AFP

— 

A contre-courant de nombreux pays, le parlement bolivien a approuvé vendredi une nouvelle loi sur les retraites qui abaisse l'âge de départ de 65 à 58 ans, et confie à un organisme publique la gestion des retraites.

La loi prévoit la fermeture de deux caisses privées, l'espagnole Banco Bilbao Vizcaya Argentaria (BBVA) et la suisse Zurich, qui géraient les retraites de 1,3 million de Boliviens, sur une population de 10 millions, pour un montant de 4,4 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros) de cotisations.

Pour les mères de plus de trois enfants, l'âge de la retraite est abaissé à 55 ans.

Le parti du président socialiste Evo Morales détient la majorité des sièges à la chambre des députés et au Sénat.

Ni le BBVA ni Zurich n'ont fait de commentaires mais le gouvernement avait annoncé que des négociations étaient en cours pour le transfert d'informations, de technologies et de ressources à l'organisme publique désormais chargé des retraites.

Le système, fondé sur la solidarité, verra l'apport patronal augmenter de 3%, celui des employés de 0,5%, avec une contribution spéciale, "l'apport solidaire", de la part des Boliviens gagnant plus de 13.000 bolivianos (1.320 euros), soit 19 fois le salaire minimum.

Ce fond permettra d'améliorer les petites pensions.

La réforme intervient après deux ans de négociations entre les syndicats et Morales, lui-même ancien leader syndical. Elle consacre un retour au précédent système par répartition en vigueur jusqu'à sa privatisation dans les années 90.

L'opposition a critiqué la réforme. "Cela ressemble davantage à un projet à court terme, pas à long terme, il n'y a pas les garanties que cette réforme dure plusieurs années", a déclaré le sénateur German Antelo.

Pour certains analystes, la réforme va à contre-courant du recul global de l'âge de la retraite. "La tendance est planétaire. Le Japon, Singapour, l'Australie, le Colombie, pas moins de 47 pays ont instauré des plans, ou sont en train de le faire, pour repousser l'âge de la retraite", a souligné l'économiste Guillermo Aponte, de l'institut privé Fondacion Milenio.

Les défenseurs du projet soulignent qu'une retraite à 65 ans ne signifie par la même chose en Bolivie, où l'espérance de vie est de 66 ans, qu'en France (81) par exemple.

Ses détracteurs répondent que la population âgée augmente et représentera un poids bientôt trop coûteux pour les cotisants.

Dès la première année, 100.000 nouveaux bénéficiaires devraient intégrer le système de retraite qui "pourrait couvrir potentiellement trois millions de personnes", note l'économiste Alfredo Bonadona, pour qui "financièrement ce n'est pas viable".

L'Etat, lui, soutient que le système est garanti sur "au moins 35 ans".