Le frère de Rachida Dati condamné à 5 mois de prison pour détention de stupéfiant

© 2010 AFP

— 

Jamal Dati, frère de l'eurodéputée et ancienne ministre française de la Justice Rachida Dati, a été condamné vendredi à 5 mois de prison ferme pour détention de stupéfiants par un tribunal belge mais laissé en liberté.

Âgé de 38 ans, Jamal Dati avait été interpellé à la frontière belge le 3 novembre en possession de drogue alors qu'il rentrait en voiture de Maastricht, aux Pays-Bas. Quelque 30 grammes d'héroïne et 5 grammes de marijuana avaient été saisis.

Les juges du tribunal correctionnel de Liège (est de la Belgique) ont prononcé vendredi une condamnation à 8 mois de prison, dont trois avec sursis.

Il juge sa condamnation «trop sévère»

Le procureur avait réclamé 10 mois de prison ferme, tandis que la défense avait demandé une peine de prison avec sursis.

La peine prononcée étant inférieure à un an, il était «impossible» d'ordonner son arrestation à l'audience, a expliqué à l'AFP un porte-parole du parquet de Liège, Philippe Dulieu. Pour la même raison, et parce que Jamal Dati a fait de la détention préventive --il a été libéré jeudi après avoir passé près d'un mois en prison - il est «peu probable» que le ministère public exige qu'il purge le reste de sa peine, a ajouté le magistrat.

Jamal Dati, qui a également été condamné à une amende de 5.500 euros et a vu sa voiture confisquée, a estimé la sanction «trop sévère», selon l'agence de presse belge, Belga.

«J'ai prouvé ma bonne volonté en me présentant à l'audience. Ma famille est désormais rassemblée autour de moi et me soutient. Je vais désormais devoir repartir de zéro car la voiture que j'avais achetée à crédit et avec laquelle je pouvais travailler a été saisie. Mais j'assume aussi ma condamnation car ce qui est arrivé est entièrement de ma faute», a-t-il déclaré.

Déjà condamné en 2007

Le juge a relevé qu'il existait des doutes quant à l'authenticité de ses regrets et de sa volonté affirmée de remédier à sa consommation de stupéfiants.

Le cadet de l'ex-garde des Sceaux avait déjà été condamné en août 2007 à 12 mois de prison en France pour trafic de stupéfiants. Interrogée début novembre, Rachida Dati avait indiqué ne s'être «jamais cachée d'avoir un frère toxicomane», ajoutant ne souhaiter cela «à personne».