la France continue de patinerGare au monoxyde de carbone

anthony nataf

— 

Le froid a aussi bien touché l'Ouest (en h. à g.) que Nice (en h. à dr.) ou Calais.
Le froid a aussi bien touché l'Ouest (en h. à g.) que Nice (en h. à dr.) ou Calais. — D. VINCENT / AP / SIPAL. CIRONNEAU / AP / SIPAP. ROSSIGNOL / REUTERS

Devenues aussi incontournables que le Père Noël, cette année encore des perturbations importantes ont touché le pays avec l'arrivée du froid et des premières neiges. La vague de froid venue du Nord devrait persister jusqu'à la fin de la semaine, même si la situation devrait mécaniquement se normaliser. Hier, des transports scolaires ont été suspendus dans de nombreux départements comme l'Ille-et-vilaine ou la Haute-Normandie.

Trafic normal à la SNCF aujourd'hui
La circulation des poids lourds a été interdite sur plusieurs axes. Sur la RN12, dans les Côtes d'Armor, environ 500 personnes bloquées dans leur voitures ont été hébergées dans la nuit de mercredi à jeudi dans une salle communale et dans les locaux des Restos du cœur de la ville de Lamballe. Les principales inquiétudes se sont surtout portées sur l'électricité. La Bretagne était en alerte rouge hier pour la deuxième journée consécutive, en raison des risques de coupures. La région connaît des difficultés d'approvisionnement en électricité chaque hiver car elle ne produit que 8 % de sa consommation. Une situation difficile lorsque l'acheminement de l'énergie est mis à mal par le froid, la neige et les pics de consommation. Néanmoins, Eric Besson le ministre de l'Energie en visite hier au CNESS, le Centre national d'exploitation du système électrique, s'est voulu rassurant et a exclu toute rupture d'approvisionnement. Le redoux est attendu à partir de ce week-end. Le trafic ferroviaire restait perturbé hier, mais la SNCF prévoit un trafic quasi normal à compter d'aujourd'hui. Aucune perturbation n'est prévue à Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly.Face à la vague de froid, la tentation de faire tourner la chaudière à plein régime est grande. Mais attention, chaque année, les chaudières mal entretenues sont, en partie, responsables des 3 000 intoxications au monoxyde de carbone, qui font une quarantaine de morts. Le monoxyde est d'autant plus dangereux que c'est un gaz inodore et incolore. Florence Clément, chargée de l'information à l'Ademe, rappelle que l'entretien annuel de toutes les chaudières est obligatoire depuis 2009. « Seul un professionnel pourra détecter un problème de fuite de monoxyde », insiste-t-elle. Pierre Challut, président de Savelys, spécialiste dans l'entretien de chaudières, rappelle qu'il est « indispensable d'aérer le logement et surtout ne pas boucher les grilles de ventilation ». Pour économiser l'énergie, l'Ademe rappelle qu'il vaut mieux « fermer ses volets durant son absence la journée et la nuit ».