Barbie et le Monopoly sont indémodables

CONSOMMATION Ils sont là depuis plusieurs générations, mais continuent de séduire enfants et parents...

Ingrid Gallou
— 
La nostalgie des parents participe au choix d'un jouet classique, même si les enfants subissent l'influence des médias.
La nostalgie des parents participe au choix d'un jouet classique, même si les enfants subissent l'influence des médias. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Ils sont pour certains septuagénaires, ont traversé trois générations et continuent pourtant de faire un carton chaque année à l'approche de Noël. Monopoly, 75 ans, Trivial Pursuit, 29 ans, Scrabble, 62 ans, Lego, 52 ans, sans oublier l'éternelle Barbie, 51 ans, trustent les ventes et démodent année après année les éphémères hits de Noël.

Un paradoxe à une époque où la nouveauté fait loi. Interrogé par 20 Minutes, le directeur général d'Hasbro France, numéro 1 du jouet dans l'Hexagone, deuxième au monde derrière Mattel, nous livre son sentiment. «Le temps a fait son travail. Ne reste que les jeux de grande valeur, dont les principes et les règles sont universels, comme acheter des maisons au Monopoly ou résoudre une enquête au Cluedo», résume Pierre Laura, qui n'hésite pas à faire un parallèle entre le succès de son jeu d'enquêtes et celui des séries policières américaines.

Une pincée d'universel donc, mais aussi une bonne dose d'innovation. «Tout le mérite de ces marques a été de faire fructifier leur ADN en s'inscrivant dans l'actualité et la nouveauté», explique Odile Morvan, directrice des achats de l'enfant et du jouet aux Galeries Lafayette. Mais aussi en se liant avec des licences, Simpson ou Starwars. Or, remarque Odile Morvan, «les enfants sont très connectés et subissent l'influence des médias».

«Intelligent et créatif»

A ne pas sous-estimer non plus, le pouvoir de la cour de récré, qui peut soudainement provoquer la renaissance d'un produit. Autre puissant prescripteur, la nostalgie des parents qui, perdus aux milieu des Transformers et des Pokémons, retrouvent un peu de leur enfance en achetant ces produits phares. Les Lego et les Playmobil semblent ainsi mettre enfants et parents d'accord: «Les premiers ont toujours aimé se raconter des histoires et les seconds se rassurent en achetant un jouet intelligent et créatif», note Odile Morvan.

Etre systématiquement à la pointe de la mode, voilà peut-être le secret de Barbie pour être indémodable. Cosmonaute, médecin ou journaliste, la poupée mannequin semble avoir épousé son siècle en toute beauté. Las, «paillettes, cheveux longs et robes de princesse, ce sont les plus show-off que nous vendons le mieux», affirme Odile Morgan. Le signe aussi que le conte de fées n'est pas près de se terminer entre les enfants et leurs jouets préférés.