Pierre Dukan: «Si on veut maigrir, il faut bien faire quelque chose»

REACTION Le spécialiste du régime protéiné répond aux chercheurs de l'Anses...

Catherine Fournier

— 

Le nutritionniste Pierre Dukan.
Le nutritionniste Pierre Dukan. — DR

Au rang des accusés du rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) figure le fameux régime Dukan, prisé par de nombreux Français désireux de maigrir actuellement. 20minutes.fr a demandé à son auteur, le nutritionniste Pierre Dukan, de répondre point par point aux affirmations des médecins de l’Anses.

L’agence pointe des déséquilibres dans votre régime alimentaire. Il apporterait trop de calcium, de sodium, et pas assez de fibres et de vitamine C.
«
Pour les apports en fibres, je conseille 3 cuillères à soupe d’avoine tous les jours. Pour le sodium, cela m’étonne car je recommande d’éviter le sel en trop grande quantité mais cela vient peut-être du saumon fumé et de la viande des grisons autorisés dans mon régime. Quant au calcium, j’autorise jusqu’à 800 grammes de produits laitiers mais on peut en prendre moins. Quant aux fibres, je conseille trois cuillères à soupe de son d’avoine par jour et la vitamine C est présente dans les légumes –les fruits sont interdits dans les premières phases du régime. Il y en a autant dans le chou et le poivron que dans l’orange, par exemple.»

Le docteur Jean-Michel Lecerf, co-auteur du rapport, affirme au Parisien que le régime Dukan est «vraisemblablement associé à un risque accru de cancers ou de maladies cardiovasculaires».
«Après le tabac, le surpoids est le principal facteur de risque "évitable" dans le fait de développer un cancer. Il est tout à fait démontré que le surpoids joue un rôle dans les cancers hormonaux-dépendants, comme celui du sein et de l’utérus. Il est également directement corrélé aux maladies cardio-vasculaires, notamment provoquées par le diabète. Tout cela est prouvé scientifiquement alors que le lien entre régimes et cancer n’est basé que sur des hypothèses.

En général, «il y a reprise de poids après le régime dans 95% des cas», explique encore Jean-Michel Lecerf. Et «les gens perdent toujours du muscle et reprennent toujours du gras».  
«Dans mon régime, il y a quatre phases, une d’attaque, une de croisière, une de consolidation (dix jours pour un kilo perdu) et une de stabilisation, à vie. Cette dernière phase comprend trois mesures simples: une journée protéines par semaine, le jeudi, oublier l’ascenseur et marcher 20 minutes par jour et manger trois cuillères à soupe d’avoine par semaine. D’après les chiffres de mon site, 40% des personnes qui ont suivi le régime n’ont pas repris de poids. Quant aux muscles, on en perd un peu moins avec mon régime, forcément, puisqu’il est à base de protéines.»

Pour l’Anses, «rien ne peut remplacer en termes de santé une alimentation équilibrée, diversifiée».
«Mais qu’est-ce qu’on fait quand on a 15 kilos à perdre? Si on veut maigrir, il faut bien faire quelque chose! Je donne rendez-vous aux chercheurs de l’Anses dans 10 mois lorsque les statistiques de l'obésité seront publiées. Si elles sont les mêmes, je reverrai ma copie. S’il y a un plateau ou une décrue, il faudra me l’attribuer car je suis en position dominante dans les régimes. Cela fait 60 ans que les experts mandatés par le ministère de la Santé sont en échec car les chiffres du surpoids continuent à augmenter. Avant la Seconde guerre mondiale, il y avait quelques personnes en surpoids. Aujourd’hui, ils sont 20 millions, dont 6 millions d’obèses. C’est lié à un problème de mode de vie, et d’une société qui a évolué. La majorité des gens grossissent parce qu’ils ont une vie difficile et stressante. Quand vous avez une journée harassante, vous n’avez pas envie de cuisiner. Et les femmes ont plus trinqué que les hommes dans cette histoire, parce qu’en plus de travailler, elles assument tout.»

Dans le rapport, il est écrit que «la prise en charge d’une demande d’amaigrissement nécessite un accompagnement médical spécialisé».
«Il y a 300 nutritionnistes en France pour 20 millions de personnes en surpoids. Alors quand des livres sont bien faits, autant y avoir recours. Mon livre “Je ne sais pas maigrir” (Editions Flammario) a été lu par 10 millions de personnes. Il faut respecter le vote populaire. Mais attention, sur mon site, il faut remplir un certain nombre de critères pour pouvoir suivre le régime. On refuse 10% des gens qui n’ont pas besoin de maigrir. Si vous n’avez que deux ou trois kilos à perdre, mieux vaut bouger un peu plus. Le corps peut apprendre à résister au régime, pas à l’activité physique. Le régime Dukan ne concerne que ceux qui veulent perdre au moins 8 kilos.