Karachigate: Un député veut donner des documents au juge d'instruction

Avec Reuters

— 

Un député communiste prend le contrepied de Bernard Accoyer, dans l’affaire de l’attentat de Karachi. Jean-Jacques Candelier a ainsi fait savoir qu’il était prêt à remettre à un juge d'instruction des documents sur l'attentat, documents qu'a refusé de communiquer le président UMP de l'Assemblée nationale.

>> Tous nos articles sur le Karachigate

Il s'agit des procès-verbaux d'audition de la mission d'information parlementaire sur cette attaque qui a tué 11 Français en 2002 et pourrait être liée à une affaire présumée de corruption pendant l'élection présidentielle de 1995.

Le député a écrit une lettre au juge d'instruction Marc Trévidic, et l’a transmise à la presse. Dans cette missive, il estime fallacieux l'argumentaire de Bernard Accoyer, qui a invoqué le principe de séparation des pouvoirs pour refuser de remettre les documents.

«Dans notre République, il existe un principe de séparation des pouvoirs, mais cela ne signifie nullement qu'il n'y ait pas de relations entre eux», écrit Jean-Jacques Candelier. «Aussi, si vous le souhaitez, je vous informe me tenir à votre entière disposition pour vous communiquer les différents PV que je détiens», ajoute-t-il à l'adresse du magistrat.