Drame près de Toulouse: la piste des deux meurtres et un suicide

FAIT DIVERS Une enquête est en cours...

O.R. avec E.D. à Toulouse

— 

L'enquête de police a commencé, après la découverte des corps de trois personnes dans une maison du Vernet, au sud de Toulouse, le 25 novembre 2010.
L'enquête de police a commencé, après la découverte des corps de trois personnes dans une maison du Vernet, au sud de Toulouse, le 25 novembre 2010. — Frédéric Scheiber/20MINUTES

Dernière info - 17h55: Le scenario probable penche en faveur d'un double assassinat suivi du suicide du père, selon le procureur.

Trois cadavres ont été découverts ce jeudi dans une maison dans le village de Vernet, à 40km au sud de Toulouse, selon le procureur de Toulouse, contacté par 20minutes.fr. Les personnes auraient été tuées par arme à feu, selon une source judiciaire. Le scenario probable penche en faveur d'un double assassinat suivi du suicide du père, selon le procureur.

Le père aurait en effet, peu avant 7h, envoyé un SMS «laconique et explicite» à 3 personnes. Il y faisait part de sa volonté d'en finir et d'emporter ses proches avec lui, selon le procureur. Une lettre allant dans le même sens aurait par ailleurs été retrouvée dans sa chambre. C'est la petite-fille du couple qui, inquiète, se serait rendue sur place.

«Il faut encore creuser le mobile»

La jeune femme aurait découvert le corps du couple, âgé 77 ans, et de leur fils Alain, 55 ans. Ce dernier souffrait d'un handicap léger, selon des voisins. Il travaillait chez France Télécom. Le couple avait également deux autres enfants, sur Toulouse et dans l'Hérault. Selon le procureur, l'auteur présumé des coups de feu, tirés avec un fusil de chasse de calibre 12 à un coup, aurait été retrouvé en travers de son lit. Sa femme gisait au pied du lit, en tenur de nuit, une balle dans la région du coeur. Leur fils a été retrouvé à côté de son lit, également touché au thorax.

«Il faut être très prudent», a tempéré le procureur ce jeudi dans l'après-midi. «L'enquête commence, a-t-il rappelé, il faut encore creuser le mobile.» Aucune piste n'est privilégiée pour l'heure, mais la famille était très endettée.

«Une famille unie et solide»

Serge Demange, maire de cette commune de 2.200 habitants a été prévenus à 7h30 des décès. «Dans un premier temps, je croyais à une intoxication au gaz», explique-t-il. «C'était une famille très droite, très respectueuse des lois», continue Serge Demange, qui excluait tout crime crapuleux, pressentant qu'il s'agissait d'un «drame familial difficile à comprendre».

Le drame a eu lieu dans un pavillon du village, dans lequel ils étaient installés depuis une quinzaine d'années. Une commerçante confie avoir entendu beaucoup de mouvements des forces de l'ordre peu après 7h, ce jeudi matin. «Pour le moment, ça ne s'est pas trop ébruité», estimait un autre commerçant, en milieu de matinée, qui avait néanmoins vu la police dans le village. «Ça s'est passé en face de la gare», précise-t-il. Rue de la Guadeloupe plus précisément, selon un autre habitant du village, contacté par 20minutes.fr. «Tout le périmètre est bloqué, il y a plein de gendarmes, les médias, M6, Canal Plus, la Dépêche, détaille-t-il.»

Selon un habitant du Vernet, âgé d’une soixantaine d’années, contacté par 20minutes.fr, «c’était des gens très discrets gentils, une famille unie et solide». «Le fils travaillait dans le secteur des Télécoms dans une entreprise de Colomiers», selon ce témoin. La famille était installée au Vernet depuis une quarantaine d’années.