Les étudiantes chinoises ravies

— 

Mudi Wang, étudiante à Cergy.
Mudi Wang, étudiante à Cergy. — A. GELEBART / 20 MINUTES

« En Chine, tout le monde parle anglais et part étudier au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. J'ai décidé de suivre une autre voie pour être sûre d'avoir de bonnes opportunités professionnelles, en étudiant le français pour l'enseigner ensuite », confie Mudi Wang, en troisième année de licence de français langue étrangère à l'université de Cergy-Pontoise.
La motivation est tout autre pour Dan Dan, en deuxième année du cycle ingénieur à l'université technologique de Troyes. « Depuis que je suis petite, j'avais envie de venir en France car j'ai entendu parler de ses femmes élégantes, de ses hommes gentlemen et de son rythme de vie plus cool qu'en Chine. Etudier ici est aussi beaucoup moins cher que dans les pays anglo-saxons. » Un choix que les jeunes femmes ne regrettent pas : « J'ai été très bien accueillie par le service international de l'université. J'ai même eu droit à un tuteur que je rencontre chaque semaine pour reprendre les cours », explique Mudi. « Ici, il y a moins d'étudiants en cours qu'en Chine, c'est plus facile d'apprendre dans ses conditions », constate pour sa part Dan. Impossible aussi que ces jeunes femmes se sentent abandonnées : onze autres étudiants chinois sont inscrits dans la fac de Mudi et une quarantaine dans celle de Dan.recueilli par d. B.