Comment manger moins salé?

PRATIQUE Les aliments à éviter, les petits trucs à connaître...

Julien Ménielle
— 
Le "repas gastronomique des Français" a été inscrit mardi au patrimoine immatériel de l'Humanité par un comité intergouvernemental de l'Unesco réuni à Nairobi.
Le "repas gastronomique des Français" a été inscrit mardi au patrimoine immatériel de l'Humanité par un comité intergouvernemental de l'Unesco réuni à Nairobi. — Jeff Pachoud AFP/Archives

Le sel, c'est le mal. Et les Français en abusent, puisque 95% des hommes et 82% des femmes ont une consommation supérieure à que conseillent les spécialistes, selon l'étude NutriNet. L'OMS recommande en effet 5 à 6g de sel par jour, quand la consommation moyenne dépasse les 8g/jour. Comment faire pour diminuer ses apports sodés, et avec eux les risques de maladies cardiovasculaires? 20minutes.fr vous donne les bons conseils avec Marie-Laure André, diététicienne.

Attention aux aliments particulièrement salés

Environ 80% des apports quotidiens en sel viennent de produits transformés. Parmi les plus grands pourvoyeurs: le pain et les plats cuisinés ou conserves, mais aussi la charcuterie, les fromages, les soupes toutes prêtes, les quiches ou les pizzas, les vinaigrettes ou sauces, les eaux gazeuses mais aussi les pâtisseries.

> Le conseil de la diététicienne
«Cuisinez maison.» Les industriels ont tendance à trop saler leurs plats pour deux raisons: augmenter le poids des préparations en retenant l'eau, et relever le goût. Pour ne pas avoir à se priver complètement de petits plaisirs gustatifs, «il faut varier, car tous les fromages ne contiennent pas la même quantité de sel, comme les charcuteries». En règle générale, il convient de jeter un coup d'oeil aux étiquettes et de comparer les teneurs en sodium. Quant aux légumes en conserve, «il suffit de les rincer».

La salière, c'est pas automatique

Le sel ajouté manuellement n'est pas le principal responsable, mais le diminuer ne peut être qu'une bonne idée. Dans ce domaine, les mauvaises habitudes ont la peau dure.

> Le conseil de la diététicienne
«Goûtez avant de saler et ne mettez pas de salière sur la table.» Et si vraiment vous avez besoin d'un exhausteur de goût, des alternatives existent. «Employez des épices ou des aromates qui font très bien l'affaire», promet Marie-Laure André. Quant au sel de régime (sans sodium), il peut être une solution mais sur avis médical, car il contient du potassium, déconseillé dans certains cas (pathologies cardiaques ou rénales).

Ouvrages

Marie-Laure André est diététicienne libérale dans le Var.
Elle a publié Moins saler pour mieux se porter aux éditions Flammarion  et une série de guides pratiques sur les régimes aux éditions Hachette.