Ado tué à Marseille: Hortefeux annonce un plan choc contre la violence

FAITS DIVERS Le ministre de l'Intérieur entend «sécuriser les quartiers sensibles», après la mort d'un ado de 16 ans tué à la kalachnikov dans les quartiers Nord...

A Marseille, Frédéric Legrand

— 

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'exprime le 21 novembre 2010  à Marseille, après la mort d'un adolescent de 16 ans la veille.
Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'exprime le 21 novembre 2010 à Marseille, après la mort d'un adolescent de 16 ans la veille. — AFP PHOTO/GERARD JULIEN

Des renforts pour la PJ, cinq policiers supplémentaires «spécialisés et expérimentés» pour le service départemental de renseignements et 150 CRS en plus, maintenus «tout le temps nécessaire» pour «sécuriser et surveiller les quartiers sensibles».

Le ministre de l’Intérieur a promis dimanche des moyens pour les forces de l’ordre à Marseille après le règlement de compte du Clos de la Rose. Brice Hortefeux a exigé des remontées d’informations sur le patrimoine des principaux suspects de trafics de drogue, ainsi que des opérations coups de poings «dans les plus brefs délais, pour sécuriser les halls d’immeubles et les caves».

Immédiatement après la fusillade, le maire Jean-Claude Gaudin ainsi que plusieurs élus de droite comme de gauche avaient réclamé des effectifs supplémentaires. Samedi, le syndicat de police Alliance estimait les besoins à 300 fonctionnaires «pour compenser les pertes» de ces dernières années.

La répression a toutefois des limites: Alliance souligne qu’un trafic avait déjà été démantelé en juin au Clos de la Rose. «Les juteux profits ne sont pas restés longtemps vacants», note le syndicat. Selon l’Observatoire français des drogues, un semi-grossiste ou premier intermédiaire dans un réseau peut gagner de 3.000 à 45.000 € par mois.