Etats-Unis: Une survivante du cancer du sein priée de montrer sa prothèse mammaire à l'aéroport

MONDE Cette hôtesse de l'air avait été sélectionnée au hasard pour se soumettre à un scanner corporel...

© 2010 AFP

— 

Une hôtesse de l'air ayant survécu à un cancer du sein s'est vu demander lors d'un contrôle de sécurité dans un aéroport américain de montrer sa prothèse mammaire, a rapporté vendredi une chaîne de télévision locale.
Une hôtesse de l'air ayant survécu à un cancer du sein s'est vu demander lors d'un contrôle de sécurité dans un aéroport américain de montrer sa prothèse mammaire, a rapporté vendredi une chaîne de télévision locale. — Michael Nagle afp.com

Une hôtesse de l'air ayant survécu à un cancer du sein s'est vu demander lors d'un contrôle de sécurité dans un aéroport américain de montrer sa prothèse mammaire, a rapporté vendredi une chaîne de télévision locale.

Cathy Bossy, personnel navigant depuis plus de trente ans, a raconté à la chaîne WBTV de Charlotte, en Caroline du Nord, qu'un agent de l'administration de la sécurité des transports (TSA) lui avait demandé de se soumettre à un scanner corporel, avant de lui indiquer qu'elle allait devoir subir aussi une fouille au corps.

«Qu'est-ce que c'est ça?»

Passagers et membres d'équipages sont sélectionnés au hasard pour passer à travers ces installations. S'ils refusent ou si quelque chose de suspicieux est détecté, ils sont alors sujets à une palpation «renforcée», y compris de leurs parties intimes. Un agent «a mis sa main sur mon sein et demandé “qu'est-ce que c'est ça?"», a raconté l'hôtesse de l'air. «J'ai répondu: c'est une prothèse parce que j'ai eu un cancer du sein, et elle m'a dit, “et bien vous allez devoir me montrer ça'»", a poursuivi Cathy Bossy.

«Je ne pouvais pas croire que quelqu'un pouvait être en train de me demander ça!» a ajouté Mme Bossy, qui a pris un avocat après l'incident. La TSA a indiqué à WBTV dans un courriel que ses agents étaient «autorisés à demander à voir et à toucher les prothèses». L'administration américaine a indiqué qu'elle allait étudier le cas de Mme Bossy.

Protestations

Deux élus républicains ont protesté vendredi contre les scanners corporels et les fouilles corporelles dans les aéroports, dans un courrier adressé à l'administrateur de la TSA John Pistole. «Considérer chaque passager comme un suspect ou un criminel» est inefficace, écrivent les représentants John Mica et Thomas Petri.

«Les efforts de la TSA pour améliorer la sécurité dans les transports aériens doivent être revus», ajoutent-ils, estimant que les agents devraient mieux observer les passagers afin de déterminer ceux qui doivent être soumis à des contrôles et ne pas s'en remettre au hasard. Quelque 315 scanners corporels ont été installés dans 65 aéroports aux Etats-Unis selon la TSA.