Un guide pour bien trier ses déchets: «Il faut assumer ses achats jusqu’au bout»

INTERVIEW Armand Pette publie la première édition du Guide du savoir-vert. Pour tout savoir, et comprendre, sur la vie des déchets…

Propos recueillis par Mickaël Bosredon

— 

Le guide du savoir-vert recense 1.000 objets du quotidien et explique la façon dont il faut les trier
Le guide du savoir-vert recense 1.000 objets du quotidien et explique la façon dont il faut les trier — DR

Vous publiez le premier «Guide pratique du savoir-vert». De quoi s’agit-il?

C’est un guide à destination du grand public et des entreprises, sur la vie des déchets. Cette idée m’est venue alors que j’essayais de trouver des informations sur ce sujet. Elles existent, mais elles sont totalement diluées, et on n’explique pas comment la chaîne du déchet fonctionne.

Qu’est-ce que cela apporte au consommateur?

Cela change tout s’il comprend ce que devient le déchet une fois mis à la poubelle, les conséquences que son tri peut avoir pour la nature. C’est pour cela que j’ai présenté le guide sous forme d’abécédaire, dans lequel on peut trouver 1.000 produits de consommation courante, et pour chacun d’entre eux dans quel poubelle il va, et ce qu’il devient. Il faut assumer ses achats jusqu’au bout.

Vous souhaitez donc que le tri se fasse dès l’acte d’achat?

L’acte d’achat répond à un plaisir, et je ne pense pas qu’il faille détruire le commerce. Cela n’empêche pas d’acheter intelligent. On peut tous lutter contre le gaspillage alimentaire, faire du compostage chez soi, réemployer certains produits plutôt que les jeter.

Votre guide explique dans quelle poubelle, ou dans quel endroit, il faut jeter ses déchets. Mais si l’on n’a pas de déchetterie, de recyclerie près de chez soi, comment faire ?

C’est sûr que par rapport aux Pays du Nord de l’Europe où il y a énormément de poubelles différentes pour trier nous avons encore des efforts à faire. En France nous ne sommes pas encore complètement prêts. Il suffit de s’apercevoir que la couleur des poubelles destinées à un même déchet peut changer d’une commune à l’autre, pour comprendre qu’effectivement la population peut parfois se retrouver un peu découragée…