Les affaires Bettencourt transférées à Bordeaux

JUSTICE La Cour de cassation a tranché...

O.R. avec Reuters et E.B. à Bordeaux
— 
Liliane Bettencourt, l'héritière de L'Oréal en septembre 2002.
Liliane Bettencourt, l'héritière de L'Oréal en septembre 2002. — NIVIERE / SIPA

La Cour de cassation a ordonné ce mercredi le transfert de Nanterre dans les Hauts-de-Seine à Bordeaux de toutes les enquêtes concernant  l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt.  «C’est une bonne chose pour Bordeaux. La juridiction a fait ses preuves  en matière d’impartialité. La compétence des  magistrats bordelais  n’est plus à faire  dans ville qui accueille l’Ecole Nationale de la  Magistrature», a réagi Olivier Joulin, délégué régional adjoint syndicat national de la magistrature, contacté par 20minutes.fr

>> L'affaire Bettencourt pour les nuls, c'est par là

La plus haute juridiction française n'a pas suivi l'avis du parquet  général, qui demandait un transfert à Paris en soulignant notamment que  tous les protagonistes habitent en région parisienne et que la police  judiciaire parisienne a déjà traité jusqu'ici les enquêtes.

Ce «dépaysement» pour «bonne administration de la justice» fait  suite à un affrontement public entre le procureur de Nanterre, Philippe  Courroye, et la juge de ce tribunal, Isabelle Prévost-Desprez, le  premier ayant lancé une enquête de police sur la seconde après des «fuites» dans la presse.

Un ou plusieurs juges vont être nommés

Ce conflit familial devenu scandale politique comprend désormais de nombreux volets. L'aspect visant un abus de faiblesse présumé, qui est transféré au  tribunal correctionnel de Bordeaux, concerne les dons d'environ un  milliard d'euros faits par Liliane Bettencourt entre 2002 et 2007 à un  photographe, François-Marie Banier.

L'information judiciaire portant notamment sur les soupçons de «trafic d'influence» et de «financement illicite de parti politique»  pesant sur l'ex-ministre du Travail Eric Woerth est transmise au niveau  de l'instruction. Un ou plusieurs juges devront être désignés.

L'enquête ouverte par le procureur Courroye contre Isabelle  Prévost-Desprez pour violation du secret de l'enquête, actuellement à  Versailles, sera aussi traitée par un juge d'instruction.