Dijon: un cinquième blessé entre la vie et la mort après l'incendie d'un foyer

CATASTROPHE Le sinistre a fait sept morts dans la nuit de samedi à dimanche...

© 2010 AFP

— 

Le bilan de l'incendie à Dijon d'un foyer de travailleurs migrants, dans la nuit de samedi à dimanche, était lundi de sept morts et cinq blessés entre la vie et la mort, contre quatre la veille, a indiqué le Samu.
Le bilan de l'incendie à Dijon d'un foyer de travailleurs migrants, dans la nuit de samedi à dimanche, était lundi de sept morts et cinq blessés entre la vie et la mort, contre quatre la veille, a indiqué le Samu. — Jeff Pachoud AFP

Le bilan de l'incendie à Dijon d'un foyer de travailleurs migrants, dans la nuit de samedi à dimanche, était lundi de sept morts et cinq blessés entre la vie et la mort, un de plus que la veille, a indiqué le Samu.

«L'état de santé d'un certain nombre de blessés a évolué dans la nuit et le pronostic vital est désormais engagé pour cinq d'entre eux, dont un enfant», a déclaré à l'AFP le Dr Hervé Roy, chef adjoint du Samu de Côte-d'Or.

L'origine du feu de poubelle toujours indéterminée

Un bilan provisoire de la préfecture faisait état dimanche de sept morts - trois de nationalité française, deux de nationalité sénégalaise, une algérienne et la dernière vietnamienne - et de quatre blessés graves. L'une des victimes est morte en se défenestrant du 7e étage, tandis que les six autres ont péri asphyxiées par les fumées.

Parti d'un feu de poubelle dont l'origine restait encore indéterminée, l'incendie, attisé par un vent violent, s'est très rapidement propagé, vers 1h30, aux neuf étages de ce foyer Adoma (ex-Sonacotra) situé dans le quartier populaire de Fontaine d'Ouche, abritant 190 résidents, dont 141 étaient présents.

Le consul du Sénégal se rend sur place

Le procureur de la République de Dijon, Eric Lallement, a ouvert une enquête «en recherche des causes et de la propagation de cet incendie», qui s'est déclaré pour une raison inconnue dans «une ou plusieurs poubelles» placées dans un local attenant à la façade. «Pour l'instant nous n'avons pas de qualification pénale pour ces faits», a-t-il dit, précisant que l'autopsie des victimes devait avoir lieu lundi.

Le consul général du Sénégal, Léopold Faye, et le Pdg d'Adoma, Pierre Mirabeau, devaient se rendre lundi après-midi sur les lieux de l'incendie. «Je veux savoir précisément ce qui s'est passé cette nuit, comment la fumée s'est propagée jusqu'au neuvième étage, quel est l'enchaînement des faits», avait déclaré pour sa part le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, dépêché sur place dimanche après-midi.