Une femme naît handicapée, un hôpital condamné à indemniser la mère

JUSTICE Mort-née, l'enfant avait été réanimée contre l'avis des parents...

E.O.

— 

C’est une «immense satisfaction» pour la mère d’Elodie, selon l’avocat de la famille. L’hôpital de Châteauroux (Indre) a été condamné par la cour administrative d’appel de Bordeaux à indemniser Annie Amouriq, maman d’une femme de 28 ans, handicapée depuis sa naissance dans l’établissement, rapporte RTL.


La famille de la jeune femme et la caisse d’assurance maladie de l’Indre vont ainsi se partager environ 1,3 million d’euros. Une reconnaissance pour la mère d’Elodie Amouriq, pour qui la négation «d’une quelconque responsabilité de la part du centre hospitalier a été vécue comme un véritable supplice», a déclaré son avocat, Philippe Meilhac.

Handicapée à 100%

Annie Amouriq accouche le 11 août 1982, 15 jours après le terme normal de sa grossesse. Victime d’un malaise pendant le travail, elle perd conscience. Lorsqu’elle se réveille, son mari –décédé depuis– est en train de lui appuyer sur le ventre pour faire sortir le bébé, sous les conseils d’une infirmière et d’une sage-femme. Elodie naît mort-née mais est réanimée par un pédiatre, contre l’avis des parents. Elle est depuis handicapée à 100%.

L’hôpital a été reconnu responsable de fautes et doit dédommager la famille pour le coût et la souffrance morale qu’entraîne l’état d’Elodie, totalement dépendante.
Le centre hospitalier de Châteauroux a fait appel de la décision auprès du Conseil d’Etat.