Sarkozy va se concentrersur les enjeux internationaux

Viincent Vantighem

— 

Un président centré sur l'international.
Un président centré sur l'international. — A. SONG / REUTERS

C'est un homme pressé. Vendredi soir, à Séoul (Corée du Sud), Nicolas Sarkozy a préféré avancer son retour en France plutôt que d'assister au dîner des chefs d'Etat du G20. En tout, il ne sera resté qu'une dizaine d'heures sur place. Pourtant, le remaniement avalé, le chef d'Etat veut maintenant se concentrer sur les enjeux internationaux. Jeudi soir, il doit s'exprimer à la télévision pour donner les grandes lignes politiques de la fin de son quinquennat. Il devrait ainsi évoquer la présidence française du G20 et du G8. « Il doit le faire, réclame le député du Nord Christian Vanneste. Maintenant que Fillon est confirmé à son poste, qu'il le laisse enfin s'occuper des affaires courantes pour prendre de la hauteur ! Son succès en 2012 passe par là. »

Avec DSK dès mercredi
N'en déplaise à Bernard Kouchner, le Président s'est toujours occupé des affaires étrangères depuis son élection. La présidence française de l'Union européenne en 2008 et le plan de sauvegarde de l'euro sont ainsi fréquemment cités parmi les principales réussites de son mandat. Mais aujourd'hui, à la tête des pays émergents et riches, on lui demande de passer la vitesse supérieure. La Chine est accusée d'affaiblir sa monnaie pour doper ses exportations, les USA de maintenir son économie sous perfusion : il faut sauver l'ordre monétaire mondial. Le chef de l'Etat le sait. Demain, il doit se faire remettre un rapport sur le sujet à l'Elysée avant de s'entretenir, mercredi, avec Dominique Strauss-Kahn, président du Fonds monétaire international. Et le week-end prochain, c'est à Lisbonne, au sommet de l'Otan qu'il se rendra. En revanche, fait rare, aucun déplacement en province n'est calé dans son agenda cette semaine. Nicolas Sarkozy aurait donc commencé à suivre les conseils de ses proches. Quand on prend une bonne résolution, le plus dur n'est-il pas de la tenir ?