l'écologie politique a son nouveau parti

Envoyé spécial à Lyon, Gilles Wallon

— 

Une fusion inhabituelle s'est produite samedi, à Lyon : celle d'un parti politique, Les Verts, et d'un « réseau de personnalités » écologistes, Europe Ecologie. Les deux entités ont disparu pour créer un nouveau mouvement, plus fédérateur et plus large politiquement, au nom tout trouvé : Europe Ecologie-Les Verts.
L'ambition de ce nouveau parti est claire : gagner le poids politique nécessaire pour, enfin, « transformer en profondeur la société des hommes », selon Eva Joly, candidate déclarée à la présidentielle. « Il s'agit d'être majoritaire, il ne s'agit pas d'être une force de contestation, de défrichage », renchérit Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts. « Pour battre Nicolas Sarkozy, il faut rassembler au-delà de la gauche, ce qui ne veut pas dire contre la gauche », a ainsi clamé Daniel Cohn-Bendit, très applaudi. Des socialistes, des communistes et des centristes ont déjà rejoint les rangs du nouveau mouvement.