Un feu de poubelle fait sept morts à Dijon

Ingrid Gallou

— 

Paniquées, « une ou deux personnes se sont défénestrées », selon les pompiers.
Paniquées, « une ou deux personnes se sont défénestrées », selon les pompiers. — CYRIL VILLEMAIN

Sept personnes tuées, onze grièvement blessées, dont quatre enfants, et 130 autres intoxiquées. Le bilan du feu qui s'est déclaré hier dans une poubelle, avant de gagner l'ensemble des neuf niveaux d'un foyer Adoma (ex-Sonacotra) pour les travailleurs migrants, à Dijon, est dramatique. Et il pourrait s'alourdir puisque le pronostic vital serait engagé pour plusieurs blessés.

Les causes de l'incendie inconnues
Appelés à 1 h 27 pour un feu de poubelle extérieur, les pompiers ont constaté la progression rapide des flammes aux neuf étages à leur arrivée sur les lieux, onze minutes plus tard. Dans ce court laps de temps, « une ou deux personnes se sont défenestrées » en désespoir de cause, selon le capitaine Jean-Luc Gonin, du service départemental incendie et secours, joint par 20 Minutes. La priorité pour les pompiers a alors été d'effectuer « le sauvetage des personnes qui menaçaient de se défenestrer depuis le toit ou les fenêtres », en mettant à leur disposition des échelles aériennes autour du bâtiment. Selon la préfecture, 90 personnes étaient encore hospitalisées hier à 11 h. D'autres victimes ont été réorientées vers le palais des sports. Parmi elles, « beaucoup de familles dont 21 enfants. Les causes de l'incendie demeurent pour l'heure inconnues. Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'est rendu sur place, hier.