Pour Hervé Mariton, «mariage et Pacs sont deux choses distinctes»

POUR D'où sa défense de l'avantage fiscal des jeunes mariés, mais pas des jeunes pacsés...

Propos recueillis par Oriane Raffin

— 

L'avantage fiscal pour les jeunes mariés l'année de leur union, que le gouvernement voulait supprimer, a été rétabli mardi en commission à l'initiative du député UMP Hervé Mariton, dont l'amendement exclut cependant les pacsés et les divorcés.
L'avantage fiscal pour les jeunes mariés l'année de leur union, que le gouvernement voulait supprimer, a été rétabli mardi en commission à l'initiative du député UMP Hervé Mariton, dont l'amendement exclut cependant les pacsés et les divorcés. — Pierre Verdy AFP/Archives

Hervé Mariton, député UMP, est à l’origine de l’amendement défendant l’avantage fiscal aux jeunes mariés, mais pas aux jeunes pacsés ou aux couples divorcés.

Pourquoi défendez-vous l’avantage fiscal des jeunes mariés contre l’avis du gouvernement?
Il y a une première raison de cohérence de la doctrine fiscale. Il y a deux visions des impôts: une vision individualiste et une vision par foyer. En France, on a choisi cette dernière. Quand on se marie, c’est un nouveau foyer fiscal, il y a donc trois personnes fiscales différentes dans l’année.

Mais le Pacs donne droit aux mêmes avantages fiscaux...
Oui, mais je plaide pour une famille durable, alors qu’on parle beaucoup de développement durable. Une de ses dimensions, c’est l’organisation des personnes en installant la durabilité. Le mariage est un encouragement à la solidité de la société.

C’est pourquoi vous refusez l’avantage fiscal aux jeunes pacsés?
Le mariage et le Pacs sont deux choses distinctes. Le Pacs implique moins d’obligation et il est par définition plus facile à défaire. Par ailleurs, le Conseil constitutionnel a rendu une décision en octobre rendant légitime des effets différents pour le Pacs et le mariage. Le Pacs est un choix d’individu alors que le mariage est un choix de société. En cela, il est légitime que le mariage reçoive l’avantage. Je reconnais la légitimité du Pacs, mais le mariage apporte davantage à la stabilité.