Pédophilie, sida: fronde de catholiques belges contre Mgr Léonard

© 2010 AFP

— 

La contestation par des catholiques du primat de l'Eglise belge André-Joseph Léonard après ses propos controversés sur la pédophilie et le sida a pris une nouvelle tournure avec un appel vendredi à le "boycotter" jusqu'à ce qu'il soit nommé ailleurs.
La contestation par des catholiques du primat de l'Eglise belge André-Joseph Léonard après ses propos controversés sur la pédophilie et le sida a pris une nouvelle tournure avec un appel vendredi à le "boycotter" jusqu'à ce qu'il soit nommé ailleurs. — Eric Lalmand AFP/Archives

La contestation par des catholiques du primat de l'Eglise belge André-Joseph Léonard après ses propos controversés sur la pédophilie et le sida a pris une nouvelle tournure avec un appel vendredi à le "boycotter" jusqu'à ce qu'il soit nommé ailleurs.

"Je lance un appel au boycott de Léonard dans la forme de pétitions et de lettres ouvertes afin de dire: +Léonard ne nous représente pas+", a déclaré un sénateur du parti chrétien-démocrate flamand CD&V, Rik Torfs, qui est aussi un théologien, cité par le journal Het Laatste Nieuws.

Mgr Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles et président de la conférence des évêques de Belgique depuis le début de l'année, est sous le feu des critiques après avoir prôné mercredi, dans une interview, la clémence pour les ecclésiastiques les plus âgés coupables d'abus sur des mineurs.

A la mi-octobre, il avait choqué en qualifiant le sida de "sorte de justice immanente".

"Il n'est pas le chef de l'Eglise flamande. Nous n'avons absolument pas voulu de lui comme archevêque et n'avons rien à voir avec ses manières inacceptables de penser", ajoute Rik Torfs, à propos de Mgr Léonard, un francophone de Wallonie (sud).

Personnalité connue en Flandre, le théologien-sénateur estime que Mgr Léonard est "trop têtu" pour démissionner mais espère qu'il sera "bientôt appelé à d'autres fonctions, si possible à Rome".

Les jeunes chrétiens-démocrates flamands ont quant à eux remis jeudi à l'Eglise un "prix citron" pour son attitude jugée "froide, négative et impersonnelle".

Côté francophone, le théologien Gabriel Ringlet, également très critique, a réclamé récemment un débat notamment sur le célibat des prêtres, question taboue pour le primat de Belgique.

La contestation envers Mgr Léonard n'est pas neuve. Dans les années 90, alors qu'il était évêque de Namur (sud), il s'était confronté à des milieux catholiques francophones aux vues généralement plus progressistes que les siennes.

Bénéficiant du soutien de Rome, il a néanmoins été désigné à la tête de l'Eglise belge en janvier dernier.

Alors que le parlement a créé jeudi une commission sur les abus sexuels commis par des prêtres, Mgr Léonard a annoncé qu'il n'interviendrait plus dans les médias "jusqu'à Noël".