Il se retrouve en garde à vue après avoir demandé une «inflation» à Rachida Dati

SOCIETE Le quadragénaire est en outre poursuivi pour outrage à personne chargée d'une fonction publique...

B.D.

— 

REUTERS/Regis Duvignau

Une blague qui se retourne contre son auteur. Un habitant de Bourg-de-Péage dans la Drôme d'une quarantaine d'années a été réveillé au petit matin la semaine dernière par des officiers de la police judiciaire lyonnaise venus perquisitionner son appartement. Son ordinateur a été saisi et il a été placé en garde en vue près de 48 heures», selon son avocat, Me Ivan Flaud, cité dans le Dauphiné Libéré. La raison de cette arrestation? Le quadragénaire avait envoyé un email à Rachida Dati sur sa messagerie au parlement européen, lui demandant «une inflation».

Selon le Dauphiné Libéré, à l'issue de sa garde vue, le Drômois a été déféré devant le parquet puis présenté au juge des libertés et de la détention qui l'a placé sous contrôle judiciaire. Il a interdiction d'entrer en contact avec la «victime» et comparaîtra le 3 décembre pour outrage à personne chargée d'une fonction publique.

Selon le procureur de la République de Valence, Antoine Paganelli, cité par le quotidien régional, «l'outrage est caractérisé dès lors qu'une expression est de nature à rabaisser la considération réservée à une personne publique. En l'espèce, c'est Mme Dati en tant que député européen, qui est visée à travers sa messagerie.» L'avocat du quadragénaire plaidera pour sa part en décembre la relaxe, car l'infraction n'est pas, sleon lui caractérisée: «Il lui a écrit sur ce mail car c'était le seul moyen de la joindre. Il ne s'adressait qu'à Rachida Dati en tant que personne.»