Mobilisation contre la réforme des retraites: un baroud d'honneur des syndicats ce jeudi?

MOBILISATION Une nouvelle journée de grèves et de manifestations est prévue mais elle risque de moins mobiliser...

B.D. avec AFP

— 

François Chérèque (à gauche), leader de la CFDT, et Bernard Thibault (à droite), de la CGT, lors de la manifestation contre la réforme des retraites le 7 septembre 2010 à Paris.
François Chérèque (à gauche), leader de la CFDT, et Bernard Thibault (à droite), de la CGT, lors de la manifestation contre la réforme des retraites le 7 septembre 2010 à Paris. — PATRICK KOVARIK/AFP PHOTO

Les syndicats appellent ce jeudi à une nouvelle journée de grèves et de manifestations contre la réforme des retraites. Cependant, l'ampleur de ces dernières pourrait être moins importante que lors des précédentes journées de mobilisation: l'adoption définitive de la loi a en effet été votée au Parlement mercredi.

Cette septième journée de mobilisation depuis la rentrée est également organisée dans un contexte social radicalement différent de la journée d'action précédente, mardi 19 octobre, où les syndicats avaient réuni entre 1,1 et 3,5 millions de manifestants. Les lycéens et une partie des salariés sont en effet en vacances, et si des préavis ont été déposés dans 29 réseaux de transports urbains, ce chiffre est bien moins élevé que le 12 octobre.

«La détermination est toujours là»

En dépit de la popularité du combat pour le maintien de l'âge légal de la retraite à 60 ans (63% des Français trouvent justifiée la poursuite de la mobilisation, selon un sondage Ifop), les syndicats sont donc prudents sur l'affluence espérée dans les cortèges. Pour le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, «la détermination est toujours là», même s’il «est très difficile aujourd'hui pour qui que ce soit de dire “voilà ce qui va se passer demain ou après-demain”».

«Notre objectif n'est pas de battre des records, a renchérit Bernard Thibault. Mais d'après les remontées du terrain, et même s'il est difficile d'évaluer l'impact des vacances, nous assisterons encore à un bon niveau de mobilisation, qui montrera que le sentiment de révolte n'a pas diminué.» Car  aucun mouvement massif de reprise du travail n'est observé: huit des douze raffineries françaises sont toujours en grève partielle ou totale, et des perturbations sont à prévoir dans les transports et les aéroports.

«On ne s'approche pas de la sortie du conflit»

«Contrairement à ce que pense le gouvernement, on ne s'approche pas de la sortie du conflit avec l'adoption de cette réforme par le Parlement», a estimé le leader de la CGT Bernard Thibault dans un entretien à Libération. «L'affaire n'est pas finie», a-t-il ajouté, tout en admettant qu'une fois la loi promulguée, «on sera dans une autre étape».

En tout cas, ce jeudi, tous les leaders de gauche, de Martine Aubry (PS) à Cécile Duflot (Verts), Jean-Luc Mélenchon (PG) ou Olivier Besancenot (NPA), participeront au défilé se déroulant à Paris à partir de 13 h entre la République et Saint-Augustin (8e arrondissement). L'intersyndicale a d’ores et déjà fixé un nouveau rendez-vous le samedi 6 novembre, avant la promulgation de la loi par Nicolas Sarkozy, qui devrait intervenir à la mi-novembre selon l'Elysée. Entre-temps, le Conseil constitutionnel aura été saisi par la gauche parlementaire et se sera prononcé.