les étudiants peu mobilisés

— 

Hier, près d'un millier d'étudiants se sont rassemblés devant le Sénat.
Hier, près d'un millier d'étudiants se sont rassemblés devant le Sénat. — A. GELEBART / 20 MINUTES

« Franchir le cap des vacances ». C'était selon Jean-Baptiste Prévost, président de l'Unef, l'objectif de la journée d'hier, avec la préparation de la journée interprofessionnelle de jeudi. A l'appel du syndicat majoritaire, les étudiants se sont rassemblés à travers la France et on mené plusieurs actions ponctuelles qui ont cependant mobilisées peu de monde. A Paris, environ un millier de personnes, étudiants, lycéens et travailleurs se sont rassemblées devant le Sénat, qui adoptait la version définitive du texte de la réforme des retraites. « C'est le début de la mobilisation des étudiants aux côtés des salariés », indique Julie Mandelbaum, responsable Unef de la région parisienne. Pour elle, l'arrivée au terme du processus législatif n'est pas un obstacle. « Ça s'est déjà vu avec le CPE que l'on promulgue une loi et qu'on la retire après », répond-elle. A Bordeaux, une centaine d'étudiants a participé à un sit-in devant la mairie. Affluence similaire à Aix-en-Provence où des étudiants ont déployé une banderole au-dessus de l'autoroute avant de manifester dans la ville. A Grenoble, Lyon ou Toulouse, les étudiants ne se comptaient que par dizaines. Hier, entre 4 et 7 universités sur 83 étaient bloquées ou perturbées.Anthony Nataf