les manifs contre la vie chère pas très suivies aux antilles

— 

Pas d'embrasement dans les Antilles. Hier, les appels à la grève générale et aux manifestations contre le carburant cher n'ont pas été très suivis, en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique. Entre 6500 et 20 000 ont ainsi défilé à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe).

Un coup d'essai
Les autorités craignaient pourtant un nouveau mouvement d'ampleur, dans la foulée des blocages de carburant en métropole. Le mouvement de début 2009 était dans tous les esprits. En janvier et février de cette année-là, la Guadeloupe avait été bloquée par 44 jours de grève générale, pour protester contre des prix du carburant extrêmement élevés. Toutes les stations-services du pays avaient été bloquées. Et un nouveau leader s'était révélé : Elie Domota, du Collectif contre l'exploitation (LKP).
Un an et demi plus tard, rien n'a vraiment changé. Elie Domota est toujours aux manettes, et les prix du carburant se sont remis à augmenter, après le gel décrété à la fin des blocages de 2009 (lire encadré). Lundi, de longues files d'attente se sont formées devant les stations-services de l'île, dans l'angoisse d'une nouvelle paralysie générale.
Hier, Elie Domota espérait 100 000 personnes dans la rue. Ses espoirs ont donc été déçus. Mais cette journée d'action n'était qu'un coup d'essai. Le principal objectif du LKP, relayé par d'autres syndicats en Guyane et Martinique, est de relancer une nouvelle grève généraleà partir du 14 décembre peu avant les deux ans du mouvement. Avec le même mot d'ordre : non à la vie chère.Gilles wallon

l'essence augmente outre-mer

En mars 2009, après 44 jours de blocage en Guadeloupe, le prix de l'essence outre-mer avait été gelé à 10 % en dessous des tarifs de la métropole. Mais en septembre, le gouvernement a majoré de six centimes le prix du litre de gazole et de sans plom 95. Le 1er janvier 2011, ils devraient augmenter de quatre centimes supplémentaires.