Un gène contre l'alcoolisme

I. G.

— 

Une trouvaille pleine de promesses. Des chercheurs de Caroline du Nord ont découvert une variation génétique qui protégerait contre l'alcoolisme : la variante du gène CYP2E1, présente chez 10 à 20 % de la population. Chez ces derniers, la sensation d'ivresse intervient dès l'absorption de petites quantités d'alcool, ce qui diminue leur risque de devenir alcooliques. En agissant sur ce gène, les scientifiques pourraient rendre les individus plus sensibles à l'alcool et réduire de fait les cas d'alcoolisme. « Nous avons découvert un gène qui protège contre l'alcoolisme et qui en plus de cela a un effet très puissant », s'est félicité le Dr Kirk Wilhelmsen, principal auteur de cette étude parue dans l'édition en ligne de la revue Alcoholism : clinical and experimental research. « Mais, a-t-il poursuivi, l'alcoolisme est une maladie très complexe, il y a un grand nombre de raisons […] pour lesquelles les gens boivent et les effets de cette variante génétique pourraient seulement n'être qu'une de ces raisons. »